TRAIN DE NUIT


9435632ac6591a6e1e3a0b3be35fe982

TRAIN DE NUIT

 

J’ai fait un rêve de voyage en train, assis en première dans un wagon de 3ème et devant le prince consort de la reine d’Angleterre. Sous sa casquette d’amiral de la Navy ses médailles restaient cachées sous le trench-coat de son incognito. Nous n’étions que tous les deux dans la voiture. Aucune suite n’accompagnait le monarque, c’est la raison pour laquelle je ne me suis pas étonné du côté incongru de mon rêve qui s’est arr^té sans que nous soyons en gare

RENCONTRE

Donc :

Une pierre grise,

Juste assez grande

Pour être tenue

Sans gêne dans la main.

Irrégulière, avec

Des angles, des rondeurs.

Plutôt granit
Qu’autre chose.

Venue du temps

Où elle n’avait qu’elle-même

Pour compagnie.

Pierre grise,

Caressée à la fois

Par des doigts et par du soleil.

La lumière

Toujours en train de naître.

*

Arrive un long moment
D’arrêt du temps
Et du mouvement.

Tous les malheurs comme suspendus, Évita blés.

L’univers en balance,

Immobile et posé sur une trajectoire.

Eugène Guillevic

 

Quand je me suis réveillé j’étais assis dans mon fauteuil et dans le noir. je ne pus donc  pas reconnaître l’endroit où cette rencontre a pu se faire un chemin en train. Tout étant calme je ne suis pas rendormi des fois que on ne sait jamais. Un train peut en cacher un autre.

 

Niala-Loisobleu — 6 Mars 2020

2 réflexions sur “TRAIN DE NUIT

Les commentaires sont fermés.