LA FIANCEE BLEUE


6c6bc84335a9c7f3b123bb308dcc3832

LA FIANCEE BLEUE

 
La solitude court les chemins du monde

pour mettre un météore aux mains des solitaires

Chant lointain

de faim et d’amitié,

souffle aventureux

qui lit quelque bonne aventure

dans les paumes du vent

Qui va là?

charbonnier sans foi ou poète

insouciant de nature

ou natif du torrent et des pierres

est-ce un guetteur

un guerrier d’exil

un derviche qui fait tourner la terre

aux plis de son manteau?

celui-là passe dans sa parole

si profond qu’il y voit

le souffle du miroir

et l’éclat d’une fée

comme une aube à toute heure

du jour et de la nuit

natif du torrent et des pierres insouciant de nature poète ou charbonnier sans foi il va

Une brûlure court la ligne des glaces pour léguer un prodige à nos têtes brûlées

Chant plutôt que cantique

errance sans pèlerinage,

que naissent sous les portiques

des nuées des mystères

oracles lumineux de matins éphémères

Poète par le temps accordé à la flèche par le choix des armes par le rêve des cascades en ses doigts de sourcier

poète par le midi farouche par les guêpes et les lavandes par le muscat où s’éveillent les filles du soleil

poète par le sable ailé du présent par l’envers des traces par la magie du roc et du doute

poète par l’êcorce des arbres par la mort endormie par la migration hasardeuse des papillons du
Ventoux

poète par le socle de ses poings

Un sortilège court le partage des eaux pour semer des orages en toute transparence

Chant venu de l’écho du silence comme pierre éblouie qui murmure et qui lie le secret au secret

La terre était bleue et belle comme une fiancée mais elle ne retenait pas celui qui s’éloignait

et celui-là tenait

une ombre froide au cœur

ombre portée de la belle

ombre sans ombre de la fiancée bleue

qui toujours se taisait

et gelaient l’amour et la lumière

goutte à goutte en son cœur

tandis qu’il fuyait par la nuit des étoiles

à la vitesse de la lumière

à la vitesse d’un éclair noir

la terre était bleue et belle comme une fiancée mais elle ne retenait pas celui qui s’éloignait

Le haut songe d’Icare court les lèvres du vide pour voler une clé dans le fleuve des songes

il est un homme les yeux ouverts avec un diamant dans le sang

un homme en route

un homme en vue d’une autre nuit

 

André Velter

Je Suis Une Feuille – Renan Luce


Je Suis Une Feuille – Renan Luce

Aurais-je imaginé que je me trouverais là
Une mine de stylo plantée sur ma peau
Les yeux de mon bourreau qui ne me quittent pas
Ma blancheur lui fait peur, je sais qu’il cherche ses mots
Je suis une feuille blanche, je ne demandais rien
Qu’à rester sur mon arbre et attendre la fin
Moi j’aimais le vent se perdant dans les feuilles
Le murmure de la sève qui me donnait la vie
Moi j’aimais la hauteur que j’avais sur les choses
Je n’ai pas vu venir la lame qui m’a trahie
Si au moins je servais de papier officiel
Pour signer des traités et protéger les faibles
Ou être dans les mains d’un poète oublié
Qui me jetterait ses vers comme on cherche un ami
J’aurais pu être pressée sur le coeur d’une enfant

Écoutant dans mes lignes la voix de son amant
Ou être le pliage d’un gamin de huit ans
Et voler dans les airs sous les rires des enfants
Ou être dans les pages d’un livre d’histoire
Qui dit que le chemin est encore tellement long.
Mais voilà que je sens que la plume me frôle
Et les lettres se forment comme l’encre tourbillonne
J’n’ai jamais vu plus lourd que le poids de ces mots
C’est la misère d’un homme que je sens sur mon dos
Il dit « je veux finir d’avec ma vie
Pardonne-moi mon amour mais je m’arrête ici
Ce n’est pas de ta faute si je baisse les bras
Mais j’ai perdu ma chance de gagner ici-bas »
Et moi c’était mon rôle de porter tous ces mots
Et les larmes d’une femme tomberont sur moi bientôt
J’aurais pu être pressée sur le coeur d »une enfant
Écoutant dans mes lignes la voix de son amant
Ou être le pliage d’un gamin de huit ans
Et voler dans les airs sur les rires des enfants
Mais je tourne la page d’une triste histoire
Qui dit que le chemin n’était pas tellement long….
Pas tellement long…

CE QUE DIT L’HOMME DE PEINE


53b97bf418070c692c4788740eed4677

CE QUE DIT L’HOMME DE PEINE

Un hiver tout en branches et dur comme un cadavre

Un homme sur un banc dans une rue qui fuit la foule

Et que la solitude comble

Place à l’appareil banal du désespoir

A ses miroirs de plomb

A ses bains de cailloux

A ses statues croupissantes

Place à l’oubli du bien

Aux souvenirs en loques de la vérité

Lumière noire vieil incendie

Aux cheveux perdus dans un labyrinthe

Un homme qui s’est trompé d’étage de porte de clé

Pour mieux connaître pour mieux aimer

Où commence le paysage

A quelle heure

Où donc se termine la femme

Le soir se pose sur la ville

Le soir rejoint le promeneur dans son lit

Le promeneur nu

Moins gourmand d’un sein vierge

Que de l’étoile informe qui nourrit la nuit
Il y a des démolitions plus tristes qu’un sou
Indescriptibles et pourtant le soleil s’en évade en

chantant
Pendant que le ciel danse et fait son miel
Il y a des murs déserts où l’idylle fleurit
Où le plâtre qui se découd
Berce des ombres confondues
Un feu rebelle un feu de veines
Sous la vague unique des lèvres
Prenez les mains voyez les yeux
Prenez d’assaut la vue

Derrière les palais derrière les décombres

Derrière les cheminées et les citernes

Devant l’homme

Sur l’esplanade qui déroule un manteau de poussière

Traîne de fièvre

C’est l’invasion des beaux jours

Une plantation d’épées bleues

Sous des paupières écloses dans la foule des feuilles

C’est la récolte grave du plaisir

La fleur de lin brise les masques

Les visages sont lavés

Par la couleur qui connaît l’étendue

Les jours clairs du passé

Leurs lions en barre et leurs aigles d’eau pure

Leur tonnerre d’orgueil gonflant les heures

Du sang des aubes enchaînées

Tout au travers du ciel

Leur diadème crispé sur la masse d’un seul miroir

D’un seul cœur

Mais plus bas maintenant profondément parmi les

routes abolies
Ce chant qui tient la nuit
Ce chant qui fait le sourd l’aveugle
Qui donne le bras à des fantômes
Cet amour négateur
Qui se débat dans les soucis
Avec des larmes bien trempées
Ce rêve déchiré désemparé tordu ridicule
Cette harmonie en friche
Cette peuplade qui mendie

Parce qu’elle n’a voulu que de l’or

Toute sa vie intacte

Et la perfection de l’amour.

 

Paul Eluard

LES ETENDUES VERTES


 

9540dae9e97bd37fb96e6ae846e07cb8

 

LES ETENDUES VERTES

 

De la paille couvre le pavé de l’écurie

un fer est accroché

comme à l’étrier où je pose tes deux pieds

haras

d’éperons

contre l’étalon

Les naseaux ont soulevé le couvercle du char d’un hennissement vésuvien

La Chambre des Amants

est restaurée

En corps enfant

j’ai assez d’imaginaire pour te retenir détachée dans l’atelier, le lin tolère que le châssis tendu de désir d’un membre équin cogne au bas-flanc

 

Niala-Loisobleu – 20/02/20

 

 

ELLE SE BALANCE POUR AILES


c1a30283389936c4e4e8354439bacaba

 

ELLE SE BALANCE POUR AILES

 

Le sol sans rebond fait qu’on relève la tête avant qu’il fasse jour

elle a senti qu’il fallait nouer une planche aux cordes pour qu’elle vous propulsent en l’air au lieu de vous attacher au sol

Et tout avant de grandir parce qu’après c’est trop tard

 

Niala-Loisobleu – 20 Février 2020