DANS SON COL HIROND’ELLE


2a563b6ebdf1e7fcaf93744d244d57a5

 

DANS SON COL HIROND’ELLE

 

Des fleurs brodées en tour de cou, laissant ses rousseurs rejoindre les mouvements aqueux des vaches, je la vois épi

je m’enflamme

manière de brûler l’oeil noir des nuages

Aux cuisses de la colline elle porte les jarretelles d’autre tant

Falbalas blancs

Falbalas noirs

de l’oiseau qui toujours ramène le printemps

 

La cabane tend son ventre de bois

d’où s’échappe des frisons d’églantiers

 

Dans les montées du chemin la parole ne s’éteint, le mollet en restant rond montre un adoucissant aspect des formes

Il ne faut pas lâcher la corde pour prêter le bon vent à la baume

Jaunes vagues d’un blé qui promet portez-nous à nos greniers.

 

Niala-Loisobleu – 17 Février 2020

2 réflexions sur “DANS SON COL HIROND’ELLE

    • Cette rondeur -là tient la vie à son bord
      Vrai bâtiment de croisière le ventre traverse vers l’ailleurs
      L’orchestre joue
      Vivaldi
      sur un fond de Botticelli
      Renaissance de Venise qui n’a plus à craindre d’avoir des immeubles monstrueux à quai…

      Aimé par 1 personne

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.