LA FIN DU MONDE


12654647_10206619989831071_9157090175297775578_n

LA FIN DU MONDE

prendre corps

Je te flore tu me faune

Je te peau je te porte et te fenêtre tu m’os tu m’océan tu m’audace tu me météorite

Je te clef d’or je t’extraordinaire tu me paroxysme

Tu me paroxysme

et me paradoxe

je te clavecin

tu me silencieusement

tu me miroir

je te montre

Tu me mirage tu m’oasis tu m’oiseau tu m’insecte tu me cataracte

Je te lune tu me nuage tu me marée haute
Je te transparente tu me pénombre tu me translucide tu me château vide et me labyrinthe
Tu me paralaxe et me parabole tu me debout et couché tu m’oblique

Je t’équinoxe

je te poète

tu me danse

je te particulier

tu me perpendiculaire

et soupente

Tu me visible tu me silhouette tu m’infiniment tu m’indivisible tu m’ironie

Je te fragile

je t’ardente

je te phonétiquement

tu me hiéroglyphe

Tu m’espace

tu me cascade

je te cascade

à mon tour mais toi

tu me fluide

tu m’étoile filante

tu me volcanique

nous nous pulvérisable

Nous nous scandaleusement

jour et nuit

nous nous aujourd’hui même

tu me tangente

je te concentrique

Tu me soluble tu m’insoluble tu m’asphyxiant et me libératrice tu me pulsatrice

Tu me vertige

tu m’extase

tu me passionnément

tu m’absolu

je t’absente

tu m’absurde

Je te narine je te chevelure

je te hanche

tu me hantes

je te poitrine

je buste ta poitrine puis te visage

je te corsage

tu m’odeur tu me vertige

tu glisses

je te cuisse je te caresse

je te frissonne

tu m’enjambes

tu m’insuportable

je t’amazone

je te gorge je te ventre

je te jupe

je te jarretelle je te bas je te
Bach

oui je te
Bach pour clavecin sein et

je te tremblante

tu me séduis tu m’absorbes

je te dispute

je te risque je te grimpe

tu me frôles

je te nage

mais toi tu me tourbillonnes

tu m’effleures tu me cernes

tu me chair cuir peau et morsure

tu me slip noir

tu me ballerines rouges

et quand tu ne haut-talon pas mes sens

tu les crocodiles

tu les phoques tu les fascines

tu me couvres

je te découvre je t’invente

parfois tu te livres

tu me lèvres humides

je te délivre je te délire

tu me délires et passionnes

je t’épaule je te vertèbre je te cheville

je te cils et pupilles

et si je n’omoplate pas avant mes poumons

même à distance tu m’aisselles

je te respire

jour et nuit je te respire

je te bouche

je te palais je te dents je te griffe

je te vulve je te paupières

je te haleine

je t’aine

je te sang je te cou

je te mollets je te certitude

je te joues et te veines

je te mains

je te sueur

je te langue

je te nuque

je te navigue

je t’ombre je te corps et te fantôme

je te rétine dans mon souffle

tu t’iris

 

Ghérasim Luca

TANT DE PLUIE 2 ET SUITE


d486f1c52673f2a2f66d42a17f2f9b43

TANT DE PLUIE 2 ET SUITE

Que le bois mord la route sous le vent

nous en sortirons-nous debout

j’en doute

tellement la nuit remue le jour à rendre aveugle

Me faut faire appel au bon jour d’Henri pour remettre les choses d’à-plomb

ce sage qui fait masque à lui seul à toute espèce de virus

con fusse-t-il chinois…

Niala-Loisobleu – 13/02/20

LA NUIT REMUE

Tout à coup, le carreau dans la chambre paisible montre une tache.

L’édredon à ce moment a un cri, un cri et un sursaut; ensuite le sang coule.
Les draps s’humectent, tout se mouille.

L’armoire s’ouvre violemment; un mort en sort et s’abat.
Certes, cela n’est pas réjouissant.

Mais c’est un plaisir que de frapper une belette.
Bien, ensuite il faut la clouer sur un piano.
Il le faut absolument.
Après on s’en va.
On peut aussi la clouer sur un vase.
Mais c’est difficile.
Le vase n’y résiste pas.
C’est difficile.
C’est dommage.

Un battant accable l’autre et ne le lâche plus.
La porte de l’armoire s’est refermée.

On s’enfuit alors, on est des milliers à s’enfuir.
De tous côtés, à la nage; on était donc si nombreux!

Étoile de corps blancs, qui toujours rayonne, rayonne…

2

Sous le plafond bas de ma petite chambre, est ma nuit, gouffre profond.

Précipité constamment à des milliers de mètres de profondeur, avec un abîme plusieurs fois aussi immense sous moi, je me retiens avec la plus grande difficulté aux
aspérités, fourbu, machinal, sans contrôle, hésitant entre le dégoût et l’opiniâtreté; l’ascension-fourmi se poursuit avec une lenteur
interminable.
Les aspérités de plus en plus infimes, se lisent à peine sur la paroi perpendiculaire.
Le gouffre, la nuit, la terreur s’unissent de plus en plus indissolublement.

3

Déjà dans l’escalier elle commença à n’être plus bien grande.
Enfin arrivée au 3ème, au moment de franchir le seuil de ma chambre, elle n’était guère plus haute qu’une perdrix.
Non, non, alors je n’y tiens pas.
Une femme, bien! pas une perdrix.
Elle savait bien pourquoi je l’avais appelée.
Ce n’était pas pour… enfin!

Dans ce cas, pourquoi s’obstiner en dépit de toute raison, et me retenir sauvagement par le pantalon?

Le dernier coup de pied que je lui ai envoyé l’a fait tomber jusqu’à la loge de la concierge.

Certes, je ne voulais pas cela.
Elle m’y a forcé, je peux le dire.
Je crois bien que je puis le dire.

Et maintenant, au bas de l’escalier, ses petits gémissements, gémissements, gémissements, comme font tous les êtres malfaisants.

4


Elles apparurent, s’exfoliant doucement des solives du plafond…
Une goutte apparut, grosse comme un œuf d’huile et lourdement tomba, une goutte tomba, ventre énorme, sur le plancher.

Une nouvelle goutte se forma, matrice luisante quoique obscure, et tomba.
C’était une femme.

Elle fit des efforts extravagants et sans nul doute horriblement pénibles, et n’arriva à rien.

Une troisième goutte se forma, grossit, tomba.
La femme qui s’y forma, instantanément aplatie, fit cependant un tel effort… qu’elle se retourna.

D’un coup.
Puis tout mouvement cessa.

Longues étaient ses jambes, longues.
Elle eût fait une danseuse.

De nouveau une goutte se forma et grossit, tumeur terrible d’une vie trop promptement formée, et tomba.

Les corps allaient s’amoncelant, crêpes vivantes, bien humaines pourtant sauf l’aplatissement.

Puis les gouttes ne coulèrent plus.
Je m’étendis près d’un tas de petites femmes, la stupeur dans l’esprit, navré, ne songeant ni à elles ni à moi, mais à l’amère vie quotidienne.

5

Nous sommes toujours trois dans cette galère.
Deux pour tenir la conversation et moi pour ramer.

Qu’il est dur le pain quotidien, dur à gagner et dur à se faire payer!

Ces deux bavards sont toute ma distraction, mais c’est tout de même dur de les voir manger mon pain.

Ils parlent tout le temps.
S’ils ne parlaient pas tout le temps, certes l’immensité de l’océan et le bruit des tempêtes, disent-ils, viendraient à bout de mon courage et de mes forces.

Faire avancer à soi tout seul un bateau, avec une paire de rames, ce n’est pas commode.
L’eau a beau n’offrir que peu de résistance…
Elle en offre, allez.
Elle en offre, il y a des jours surtout…

Ah! comme j’abandonnerais volontiers mes rames.

Mais ils y ont l’œil, n’ayant que ça à faire, et à bavarder et à manger mon pain, ma petite ration dix fois rognée déjà.

6

Mes petites poulettes, vous pouvez dire tout ce que vous voulez, ce n’est pas moi qui m’embête.
Hier encore, j’arrachai un bras à un agent.
C’était peut-être un bras galonné de brigadier.
Je n’en suis pas sûr.
Je l’arrachai vivement, et le rejetai de même.

Mes draps jamais pour ainsi dire ne sont blancs.
Heureusement que le sang sèche vite.
Comment dormirais-je sinon?

Mes bras égarés plongent de tous côtés dans des ventres, dans des poitrines; dans les organes qu’on dit secrets (secrets pour quelques-uns!).

Mes bras rapportent toujours, mes bons bras ivres.
Je ne sais pas toujours quoi, un morceau de foie, des pièces de poumons, je confonds tout, pourvu que ce soit chaud, humide et plein de sang.

Dans le fond ce que j’aimerais, c’est de trouver de la rosée, très douce, bien apaisante.

Un bras blanc, frais, soigneusement recouvert d’une peau satinée, ce n’est pas si mal.
Mais mes ongles, mes dents, mon insatiable curiosité, le peu que je puis m’accoutumer du superficiel…
Enfin, c’est comme ça.
Tel partit pour un baiser qui rapporta une tête.

Priez pour lui, il enrage pour vous.

Henri Michaux

TANT DE PLUIE


TANT DE PLUIE

 

Certaines se font passer pour solaires. Voilà qui participe à là dégradation atmosphérique, toute prétention négligée. Mais qui s’en offusquerait au cœur d’un système décadent. Se goberger dans une sorte d’union sacrée en ignorant ce qui tient la route, démontre que malgré ce que les chefs prétendent, plus la vitesse est basse, plus le risque est élevé…

Niala-Loisobleu – 13/02/20

TRACES DE RAILS


0b9a2bb78829b67ea7fb47e36d31b200

TRACES DE RAILS

Là-bas derrière

un halètement de locomotive crache sa fumée à quai d’un passage d’âge

quand l’enfant dessinait encore à mots de ses feutres

Sur le panneau de la gare on lisait « ICI NULLE PART »

5′ d’arrêt transitif , les voyageurs pour « PLUS LOIN » changent de train, empruntez le passage souterrain

Pendant ce temps et invariablement on roule , on naît, on meurt au rythme indifférent

Soudain à y prendre de plus près

Ses yeux-ci c’est pas les mêmes

cette peau a une carnation exceptionnelle et les épaules tiennent un cou végétal d’Arbre à Soi différent

A l’aiguillage dans l’écartement de la voix j’ai bien su entendre ces mouvements d’oiseaux en longues plumes et autre empan

vol intercontinental

Et puis l’été arrive en tendant ses fruits suaves

le petit-baigneur nage en dehors des langes et de la couche-culotte

Elle s’est pontée à deux mâts la goélette en papier

sous la voile le soufflet forge en long et en large de la cuve à vie

Un jardin suspendu babylone en marchant comme un semeur, le geste ample et le sillon tracé à reins de cheval

La motrice électrique recharge son foyer au piston énergétique

la gare est ponton, tout autour la mer accoste, dans l’eau, riant exprès, un wagon-couchette prend le large et sans quitter le pore greffe le fruitier au courant

Sur les lèvres on peut lire un autre dessein,. Le regard est apaisé…

Niala-Loisobleu – 13 Février 2020

EN APARTE


bc46efa163edffebe9b22370eac2765d

EN APARTE

Les pendules du champ tournées du bon côté  tiennent sa présence en aparté

végétale aurore tenue aux cordes vocales du silence à part

L’insecte agressif s’est harakirisé au montant du levé

on retrouvera l’autre noyé dans un débord banal de cas fait quotidien

Les frisures rousses au vent

indiquent le bon sens pour décoller

Et lices bien tournées , l’air est seins, le carburant de sperme donnera l’élan sans couper le moteur

Le chien est à bord pour guider les loopings

Niala-Loisobleu – 13 Février 2020