Eh oui, c’est ça la vie


Eh oui, c’est ça la vie

Artiste : Richard Desjardins
Titre   : Eh oui, c’est ça la vie
Paroles et musique : Richard Desjardins

F

Tout’les suiveux s’promènent un bunch
soit à New-York soit à La Mecque.
Tou’les lièvres c’est des quick lunchs
C
la peau, les os, le poil avec.
C
Toutes les rivières vont à la mer
toute la bière y va aussi
Le reste du monde s’en va nowhere
F
moi pour ma part je reste ici.
F
C’est quoi l’affaire ? Méga projet ?
Un casino ? Une autoroute ?
On ferait aussi ben d’changer d’sujet,
C
c’est non, c’est mega non pentoute.
C
On vend pas l’paradis terrestre
c’est au bondieu ou c’qui en reste
As-tu besoin d’un cinq étoile
F
quand t’en a cinq milliards dans l’ciel
Bb
Déménager mon lac,
sans déranger les canards
c’est pas possible faque
F
on tient ça mort
Bb
Si y’a pu d’tit mulot dans’boîte à bois
si y’a pus d’colibri dans mon wisky
F
moi j’vas pas là
C                F
Eh oui ! C’est ça la vie.
F
J’tarrivé icitte en dix-huit cent
en poursuivant le papillon
et tous les soirs depuis ce temps
C
c’est moi qui donne le réveillon.
C
À l’ombre des oiseaux en fleur
sous le feuillage des épinettes
je suis accablé de labeurs
F
je vous donne un exemple vite faite
F
Tempête de neige sur mon balcon
ça m’a occupé une partie de la nuit
c’est long classer toutes les flocons
C
surtout marquer les numéros d’série.
C
Et ça c’est rien demain cinq heure
c’est l’épouss’tage de tous les sapins.
Là faut’qu’j’en aille je suis porteur
F
aux funérailles du maringouin.
Bb
Déménager mon lac,
sans déranger les canards
c’est pas possible faque
F
on tient ça mort
Bb
Si y’a pu d’tit mulot dans’boîte à bois
si y’a pus d’colibri dans mon wisky
F
moi j’vas pas là
C                F
Eh oui ! C’est ça la vie.
F
‘Tite confidence, j’aime bien la bière
faut des bidous ça j’l’ai compris.
Un compromis f’rait mon affaire
C
rien que pour vous j’vas faire un prix.
C
Comment ça vaut une vesse-de-loup ?
Du jus de tonerre ? D’la pâte à vent ?
Une douzaine d’oeufs de carcajous ?
F
J’ai tout’ça dans mon dépliant.
F
Spécial mouches noires qui sodomisent
les beaux bleuets avant l’été
c’est vingt piasses chaque, les taxes comprises
C
l’armée en sus pour les compter.

C
Là j’additionne c’est ça mon bill
en ajustant perte de jouissance
c’est cent zilliards à’puissance mille
F
en d’sous d’la table, payable d’avance.
Bb
Déménager mon lac,
sans déranger les canards
c’est pas possible faque
F
on tient ça mort
Bb
Si y’a pu d’tit mulot dans’boîte à bois
si y’a pus d’colibri dans mon wisky
F
moi j’vas pas là
C                F
Eh oui ! C’est ça la vie
C                F
Eh oui ! C’est ça la vie.