SURREALISTE SENSATION


7a82fb6b18b30f4b8656b627ec74d710

SURREALISTE SENSATION

 

 

Sautant de la branche de flaque dans l’eau de l’arbre

je vis se refléter l’autre sentiment  dans l’absence d’émotion quotidienne

Surréaliste sensation laissée par l’être à tête de file ne parvenant pas à feindre l’amour éternel

Les hirondelles passaient à vélo

les poules averties de l’ébranlement des romanichels

se mirent sous la protection du Guide de Bonne Conduite

Par la fenêtre ouverte sur cet amour que rien ne pouvait éteindre

il saute

La scène se passe de comment taire

je pleure pris par l’émotion

Le Jardin des délices gagne sa mère, son frère et ses soeurs

Il faisait noir dans la salle 2 du Galaxy à Cognac

j’ai vu plus d’amour me sauter au coeur que dans la vitrine éclairée du prophète

Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part

est un film à voir

il dit comme on le vit au quotidien ce qu’on cache au fond de soi.

 

Niala-Loisobleu – 1er Février 2020

RONDEURS MISES A PLAT


5e2d0a456e17c647530e3ed4ffc3f439

RONDEURS MISES A PLAT

 

L’ocre aux deux vents rougit de sienne à la forge. La braise que le bois nourrit chuinte son soupir blanchâtre en bouilli du tison. On croit entendre au loin la saillie du roi lion glisser de son fourreau. Les oiseaux en décollant des pistes branchues détournent le regard glauque du téléobjectif en embuscade

Sa façon de tourner le bras autour du sein change sa poitrine en accoudoir  côté-fenêtre

Accueillantes et rondes aux tétines comme il se doigt, les lourdes poches à lait suivent le saut de l’animal à la barrière pour suivre le film du train qui se projette du tunnel. Rite bovin que d’aucuns classe en série « vache sacrée », interdit d’écorner

Parlant d’absolu, elle dit ça, c’est pas porté au calendrier des marées ni dans le bulletin des horaires de ferry pour Belle-Île. L’absolu ne dépendant pas d’un quelconque trafic, est atteint par voie pédestre, ou à vélo-équin personnel. Pas de station Vélib à espérer en ville

Elle dit aussi qu’il y a qu’une foi qui compte et qu’hymen à demeurer dans son originel

A ça je réponds ce qui explique que je sois agnostique, je renie pas l’existence de Dieu, j’attends juste de le rencontrer

Rondeurs qui font du mouvement de la vague un transport aérien profondément porté à taire

Sel que j’aime que ça me ballotte comme un funiculaire du bas en haut

Un jour je sortirai

Sans savoir le temps qu’il fera, je sais déjà que mon oeil en aura terminé définitivement, aussi j’ai fait agrandir mon coeur pour tenir toutes les images que j’ai d’Elle au plat du jour

L’au-delà de l’Absolu ça n’existe pas

A mon âge on le discerne avec une telle certitude que l’arrondi entrevu de ses formes fait qu’on revient au tout début, quand on dessinait à main levée. On balance la règle dans la tronche du Ministère de l’Education Nationale pour abus de pouvoir et détournement de mineurs.

Henri mon après-midi faune

emmène-moi au Jardin d’Hiver…

 

Niala-Loisobleu – 1er Février 2020

 

ENCORE UN JOUR


ENCORE UN JOUR

calb682P1000280_JPG

Encore un jour où je t’attends où je m’accrois et me découvre au gré de l’hôte intermittent et des portes que ferme et ouvre le temps en moi passant le temps Encore un
jour encore un ciel vole un oiseau qui ne sait pas l’aveugle absence et le noir miel qui se mûrit dans notre en-bas

Encore un jour et son soleil La mer se déchire à l’avant mais à l’arrière l’écume veille et recoud vite l’océan Un jour perdu joie qui s’envole et qui s’en va sans
rien donner Où est le nord sur ma boussole Compte sur tes doigts les années Il faudrait convenir d’un signe pour s’appeler de vie à mort un mot de passe entre les lignes un fil
lancé de bord à bord

Il faudrait le dire à voix basse et tu serais entre mes bras ma bien lointaine ma tant lasse ma très absente et toujours là

Combien de temps nous faudra-t-il pour retrouver nos jours perdus comme un parfum qui se faufile si j’ouvre un livre déjà lu Vent qui me joue vent décevant partagerons-nous notre
mort ainsi du lit et des draps blancs où l’autre et l’un glisse un seul corps

 

Claude Roy