LA FAIM DU MOI


 

ee467895fa96e2f797014fa79f8f0457

LA FAIM DU MOI

L’averse d’eau de retour a réinstallé ses tréteaux dans les arbres et la Chaume, le soleil du Dimanche  devra attendre

J’écoute venir l’oiseau qui brave la torpeur d’un levé toujours fermé

Le chat s’est enfoncé dans le fauteuil et regarde un dessin animé

je me souviens m’être levé dans la nuit pour le rejoindre sous sa couverture

La lune joue à éteindre les guirlandes d’un Noël n’ayant plus court, mais qui s’obstine à vendre les Mages en galette

Laisse tes seins me protéger, je vois la lumière monter   à travers le vitrail de ton sourire.

La blancheur du déambulatoire se fraye un chemin sûr au travers des colonnes du choeur, les ressauts des grandes dalles d’un sol sonore marquent les pas d’une ponctuation nécessaire, bien accordée au silence à observer avant le tir groupé d’un Valentin déjà sur les dents

Niala-Loisobleu – 26 Janvier 2020

2 réflexions sur “LA FAIM DU MOI

  1. Viens.Occupe mes territoires déserts.
    Tu neiges lentement ma nouvelle durée.
    Tu me recrées à mon image.
    Ouvre
    Force toutes les portes
    Que l’univers reflue comme un raz de marée
    Une aube encore où boivent nos paupières closes
    Et le premier regard retourne vers la mer
    Les premiers mots dans leur sueur

    Christian Hubin

    Bonjour Mon…

    Aimé par 1 personne

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.