DES GUIRLANDES OCEANIQUES


5e746b392b9ed30d0b848d6313d0e2ab

DES GUIRLANDES OCEANIQUES

 

Les roseurs de voile que le couchant pose sur le dessus de ce qui avance

le son odorant de ta langue qui me court à l’oreille

ce soyeux qui accroche mes doigts quand je lis les mouvements que tes épaules donnent à tes seins

une sensation identique à celle que l’atelier tient prête quand j’y entre et transporte à mon départ

les raisins lourds d’une treille quand les tonneaux quittent le chai, tu vois, imagent le bruit du verre qui rejoint l’autre, quelque chose d’un feu qui crépite, le chien dans les pieds et les heures d’un sale quart-d’heure à la poubelle

Je sais plus ce qu’est Noël, le voilier glisse, je crois que j’ai planté un sapin en haute-mer, la vache est couleur de taureau et l’âne a du trait la carrure du cheval, ceux qui m’ont laissé nous réunissent dans le creux du Je-Nous cette cavité native

je tiens bon la barre…

Niala-Loisobleu – 23 Décembre 2019

 

Sto Periyali To Kryfo (The Hidden Shore) Míkis Theodorákis


Sto Periyali To Kryfo (The Hidden Shore)

Míkis Theodorákis

En périphérie
Στο περιγιάλιÀ Hidden Seashore
At Hidden Seashore

A la périphérie la colombe cachée et blanche
Στο περιγιάλι το κρυφό κι άσπρο σαν περιστέριAu bord de la mer caché (ou secret) et de la colombe blanche
At the hidden (or secret) seashore and white dove

nous avions soif à midi, mais l’eau était douce
διψάσαμε το μεσημέρι, μα το νερό γλυφόNous avons soif mais l’eau est insipide
We thirst but the water is tasteless

Sur le sable, la blonde a écrit son nom
Πάνω στην άμμο την ξανθή γράψαμε τ’ όνομά τηςJe vais dans le sable clair et j’écris son nom
I go to the light sand and write her name

Bon que la chauve-souris ait été soufflée et que l’écriture ait été effacée
Ωραία που φύσηξε ο μπάτης και σβήστηκε η γραφήUne belle brise souffle l’écriture
A beautiful breeze blows away the writing

Avec quel cœur, avec quel souffle, avec quel désir et avec quelle passion
Με τι καρδιά, με τι πνοή, τι πόθους και τι πάθοςAvec cœur, avec souffle, désir et passion
With heart, with breath, desire, and passion

Nous avons mal tourné nos vies et changé nos vies
Πήραμε τη ζωή μας λάθος κι αλλάξαμε ζωήNous emballons les erreurs de notre vie et changeons notre vie
We pack up our life’s mistakes and change our life

 

LE VOILIER-ROSE


45380d895f99ebb98c9ff9f802b275bf

LE VOILIER-ROSE

 

A bord du caillou partir du pigment, le vélo et le cheval n’en formant qu’un. Vînt le voilier éphémère et le démâtage. Reste que l’anémone en est pas moins accrochée au rocher.

Le rôle-titre enregistré à l’inscription-maritime la coque reçue les premières lettres de son nom de baptême avant d’être lancée à la mer

Le contact de tes lèvres n’a pas sectionné mes doigts dans le déclic de la photo

Quand j’ai vu le dessin de ta côte se profiler sur l’horizon, j’ai pensé à mon départ pour la Corse. Paris se retirait de ma vie par la route jusqu’à Marseille dans ce vieux tôlé de la marque aux deux chevrons

On ne vieillit en fait que par abandon

Quarante-neuf ans plus tard j’en perçois la vraie signification. En fait tu me donnes une jeunesse  qui a fait défaut au départ du ferry de cette page blanche. Ce que tu écris ne fait-il pas déjà l’objet d’une publication ?

La différence tenant à la vie que tu mets dedans tes mots avec des actes. cette entité que nous avons en commun d’y croire – malgré l’amoncellement de preuves de malheurs vécus –  Le Voilier Rose » comme nom c’est mieux je trouve que « Bonne Aventure »

La proue solidement charnue d’une poitrine faite pour surmonter l’injustice

Quillée comme un soc à fendre l’oppression

Mâté comme un échassier-migrateur

Voilé catogan, canopéé feuillue

Bras noués d’une histoire insolite, voilà le paradoxe d’un piano désaccordé qui bretelle juste les mots-aigres d’une malédiction rancunière…

 

Niala-Loisobleu – 23 Décembre 2019

 

COLIMASSON – (Trouvé sur Babelio)


5e68b9435955c4b53287587af35cc17b

COLIMASSON – (Trouvé sur Babelio)

Alexandra
Femme, 69000 France
28 ans, né(e) le 05 mars
Lecteur inscrit le 16/03/2011
« J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli ! »

Heureusement, il y a le réconfort d’une « Pensée pour un matin ensoleillé » (Dorothy Parker) :

« Ça ne me cause ni remords ni ulcère
D’écraser par mégarde un ver de terre
« Mon cher petit, je lui dis toujours
Ton clan me le fera payer un beau jour ».