NOUS PORTONS LE DESTIN DES MOTS


ee3c8546214470c8ab8c74b8c36d303a

NOUS PORTONS LE DESTIN DES MOTS

Nous portons le destin des mots
du ciel et de l’enfer

Les mots du nord
sont enveloppés de fourrures de
rennes

Les mots du sud
gonflés d’un soleil de plomb

Dans ces hémisphères
Dieu et Lucifer
se sont perdus
l’aube est sans prophètes

Anise Koltz

JAZZ-BAND


charles-gayle-white-sax-atlantique-jazz-festival-2007

JAZZ-BAND

Dans ce

salon

où l’on

danse j’arbore mon rire orchestre

des plantes

des lampes décor flamesque fausses amours gaieté d’emprunt

Un mastodonte auprès d’un colibri trouve le temps moins long
Les guêpes, les guêpes

Pick-pocket opérant à la faveur des jeux olympiques
Le pianiste tripotant et ventripotent
Un officier raconte ses frasques
Un ami me présente sa maîtresse un autre une cigarette
Le nègre saboule son banjo le rythme de mon pouls les cellules de mon cerveau je cherche un équilibre
Le calabrisme ou la cachucha.

Pendant un solo de hautbois un monsieur fait du remue-ménage
C’est un négociant en bois cela se lit sur son visage.

Un souvenir gracieux comme un parasol et l’âme, incane canéphore, frissonne toute en son entéléchie.

Le mur suinte

Les guêpes, les guêpes

Ce que j’ai?

LE
SPLEEN
CLOWN
DU
DANDY

J’ai sommeil

quel intérêt cela a-t-il?

Allons prendre l’air

mon rire claque comme un drapeau mouillé

 

Paul Neuhuys

 

VENTS RAPPROCHES 1


Resized_20191219_180059_7038

VENTS RAPPROCHES 1

 

Le Château d’If  noyé et le masque de faire ignoré je réunis les vents pour obtenir la fumée blanche des cardinaux

Par le début d’un regard tes bretelles glissent

l’air s’en pare

L’esquisse de ton visage empâte et structure le motif du cap pris de toute sa voilure

et la nacre de la peau sans fard, le coquillage pousse sa concrétion calcaire, les premières roses d’hiver  s’assemblent aux fragrances fauves d’un soleil tapis dans l’oeil du chien….

Niala-Loisobleu – 20 Décembre 2019