LA RUE S’ALLUME


LA RUE S’ALLUME

Voici une chanson très courte (à peine trois couplets) qui est sans doute parmi les chansons les plus connues et aimées du répertoire de la grande chanson française. Pourtant, on lui a souvent attribué la mauvais titre.

La chanson ne s’intitule pas  « L’odeur des roses… ».Cora Vaucaire s’amuse d’ailleurs à le souligner lorsqu’elle fait la présentation de la chanson. La chanson tient son véritable titre des premiers mots de la  chanson: « Au dehors, LA RUE S’ALLUME… »

« La rue s’allume » est une chanson écrite au milieu des années 50 et qui est devenue, au fil des ans, un véritable classique de la chanson à texte. Les paroles de la chanson ont été écrite, en 1955 par l’acteur, metteur en scène et compositeur français, Louis Ducreux à qui on doit plusieurs très beaux textes de chansons. La musique de la chanson été composéee par l’arrangeur musical français, André Popp.

Plusieurs grandes interprètes ont, tour à tour, chanté « La rue s’allume », dont Michèle Arnaud qui, je crois, a créé la chanson. La grande Cora Vaucaire chantera magnifiquement La rue s’allume ». Et au Québec, c’est surtout Pauline Julien qui fera connaître la chanson.

Une chanson fétiche
Je vous propose d’entendre ci-dessous deux versions de cette extraordinaire chanson. Vous entendrez tour d’abord, Pauline Julien interpréter « La rue s’allume », avec la vigueur qu’on lui connaît.

Ensuite, j’ai choisi l’interprète qu’on associe le plus spontanément à cette chanson fétiche, soit la regrettée Cora Vaucaire qui n’était presque jamais capable de faire un tour de chant sans se faire demander cette admirable chanson.

 

La rue s’allume
Paroles de Louis Ducreux et et musique de André Popp

Au dehors la rue s’allume
Jaune, orange ou canari,
Une cigarette fume
Près du lit où je lis…
Et moi ce soir ne puis-je supporter
L’odeur des roses ? …

La pluie mouille le bitume,
Son auto s’enfuit sans bruit,
Et la chambre se parfume
D’un espoir évanoui…
Pourquoi, ce soir, ne puis-je supporter
L’odeur des roses…

Il avait un beau costume,
Couleur d’un soir de Paris,
Bleu ou gris, couleur de brume,
Imprécis comme lui,
C’est lui pourtant qui m’avait apporté
Ces quelques roses
Que je ne peux supporter.

SOURCE: J’ai la mémoire qui chante

 

Comme on fait son lit on se couche – Pia Colombo


Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny : Comme on fait son lit on se couche Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny: Alabama
Song

Oh, show us the way
To the next whisky-bar.

Die sechs Mädchen:
Oh, don’t ask why, oh, don’t ask why!

For we must find the next whisky-bar
For if we don’t find the next whisky-bar

Die sechs Mädchen:
I tell you we must die!

Oh, moon of Alabama,
We now must say goodbye,
We’ve lost our good old mama
And must have whisky, oh, you know why.

Show us the way to the next little dollar!

Die sechs Mädchen:
Oh, don’t ask why, oh, don’t ask why!

For we must find the next little dollar
For if we don’t find the next little dollar

Die sechs Mädchen:
I tell you we must die!

Jenny und die sechs Mädchen:
Oh, moon of Alabama,
We now must say goodbye,
We’ve lost our good old mama
And must have dollars, oh, you know why.

 

LA TERRE ENTRE MOI-MÊME ET MOI


8df9843c1151a70587c78f9455208fa7

LA TERRE ENTRE MOI-MÊME ET MOI

Une autre écriture une autre langue un autre malheur

les rizières à la place des champs de blé

ici les cosmos et les marguerites là-bas

les montagnes qui se découpent sur l’horizon différemment

J’essaie d’identifier quelques caractères

en les confrontant sur les panneaux de signalisation

aux bizarres transcriptions en lettres occidentales

m’étonnant souvent du son que j’entends

Les enfants qui défilent dans les monuments nationaux

ont des uniformes brillants jaunes pour la plupart

comme le chrysanthème sauvage mais aussi

de toutes les autres couleurs même céladon

Certains de leurs camarades plus âgés

se risquent parfois à se détacher de leur groupe

pour me murmurer « Welcome in Korea »

avec un sourire timidement effronté

Les couleurs des deux drapeaux sont bien les mêmes

mais alors que chez nous cela fait trois panneaux

comme les deux battants immobiles d’une porte

entrouverte on l’espère sur l’aube et le départ

Ici les vagues du yin se lovent dans les flammes du yang

et les trigrammes aux quatre coins ajoutent

le noir de leur écriture mathématique

sur la plage blanche qui claque au vent

L’ail et les cigales comme en Provence

l’explosion des villes et des autoroutes

la hantise des frontières meurtrières

les traces partout des catastrophes et massacres

Amis de l’ancien royaume ermite avant de continuer

mon tour du monde en m’enfonçant de plus en plus

à l’orient si bien qu’à l’extrême je retrouverai

mon village dans ses montagnes à la frontière

Où je vais semer des cosmos pour vous accueillir

tentant de faire passer au brouillard de mes mots

un peu de la lumière de vos soies campagnardes

un peu de la fraîcheur chaleureuse de vos épices

Je souhaite en levant un bol d’alcool de riz

bon voyage à vos inventions votre langue et votre écriture

tout autour du monde pour lui apporter un peu du calme

que vous avez su conserver parmi tant de bruit

 

Michel Butor

LA NAGE


a4cecdf3a5a39a3904399c9956503440

LA NAGE

 

 

Nous sommes partis un jour de marguerites embrassés

dévêtus de la barrière et de l’entrave au cou

les nuages de laid ont fondu sur la langue du dragon

et la barque trop lourde est restée dans les lises

pour donner la palme à nos corps  défaits de l’amarre…

Niala-Loisobleu – 18 Décembre 2019

LE CHATEAU


LE JARDIN DE MES NUITS 2010 (2)

LE CHATEAU

Merveille par une soirée de demi-lune : derrière le bruit des douves occupées à serrer leur double ceinture, la masse laiteuse du château, dont la brume estompe les
disparités ; les buis ronds et les buis pointus balisent la sortie vers le large de la plaine ; merveille.

L’orangerie voûtée, la clairière de la pelouse plus grande que toute fête, LE CHATEAUles arbres exhaussés depuis des siècles éduquaient les fils vers la grandeur du
monde qu’un bâtisseur avait su rendre visible. Beaucoup — les comptait-on ? — habitaient un domaine sans proportion avec leur squelette. Grâce au château où
conduisait un grand jardin ils vivaient en mesure.

Chez nous : la pesanteur des corps torturés entassés dans les fentes de la prison ; des femmes dont le visage ressemble à un corps : yeux, bouches et cheveux et narines se
décomposent les uns des autres ; et la haine qui rompt le temps.

Michel Deguy