CHANSON


C H A N S O N

 

Mon cheval arrêté sous l’arbre plein de tourterelles, je siffle un sifflement si pur, qu’il n’est promesses à leurs rives que tiennent tous ces fleuves. Feuilles vivantes au matin sont à l’image de la gloire)…

Et ce n’est point qu’un homme ne soit triste, mais se levant avant le jour et se tenant avec prudence dans le commerce d’un vieil arbre,
appuyé du menton à la dernière étoile,
il voit au fond du ciel de grandes choses pures qui tournent au plaisir.

Mon cheval arrêté sous l’arbre qui roucoule, je siffle un sifflement plus pur…
Et paix à ceux qui vont mourir, qui n’ont point vu ce jour.
Mais de mon frère le poète, on a eu des nouvelles. Il a écrit encore une chose très douce. Et quelques-uns en eurent connaissance.

 

Saint-John Perse
Poésie/Gallimard
dessins de Robert Petit-Lorraine

6 réflexions sur “CHANSON

  1. C’est beau
    Et combien de fois ai-je pu me répéter que je n’aimais pas Saint-John Perse…
    La poésie n’est vraiment comprise par personne
    C’est pour cela qu’elle va à sa perte…
    Et moi avec ma prétention

    Aimé par 1 personne

    • L’art présente cette particularité de ne pas exister pour plaire, ce qui en soi, passe pour être compris. Il visionne dans l’ignorance.
      Ceci a été mis en évidence quand Cézanne avec ses pommes a descendu l’Académisme de son piédestal. L’art actuel demeure attaché à ce concept fondamental. Malgré la dérive où la spéculation l’entraîne à tort. St-John-Perse a rendu la Terre à son espace aquatique, purification sans aucun doute du vent et du sel.
      C’est quoi ta prétention ? Avant de commencer à écrire tu avais en toi tous ce qui est poésie, l’écriture ne peut pas te le reprendre.
      L’artiste est un incompris naturel. Il transperce l’ombre, élève la lumière et n’a aucune place dans le néant lieu de vie de l’homme insignifiant.
      Plaire c’est dégradant, ça conduit aux pires compromissions.

      Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.