CHANSON


C H A N S O N

 

Mon cheval arrêté sous l’arbre plein de tourterelles, je siffle un sifflement si pur, qu’il n’est promesses à leurs rives que tiennent tous ces fleuves. Feuilles vivantes au matin sont à l’image de la gloire)…

Et ce n’est point qu’un homme ne soit triste, mais se levant avant le jour et se tenant avec prudence dans le commerce d’un vieil arbre,
appuyé du menton à la dernière étoile,
il voit au fond du ciel de grandes choses pures qui tournent au plaisir.

Mon cheval arrêté sous l’arbre qui roucoule, je siffle un sifflement plus pur…
Et paix à ceux qui vont mourir, qui n’ont point vu ce jour.
Mais de mon frère le poète, on a eu des nouvelles. Il a écrit encore une chose très douce. Et quelques-uns en eurent connaissance.

 

Saint-John Perse
Poésie/Gallimard
dessins de Robert Petit-Lorraine

NAUFRAGE INFORMATIQUE


91430bd050ac3508628e711ba92cd4ff

NAUFRAGE INFORMATIQUE

 

La corde d’ombre prise au gel d’un vers glas

et dans la nudité de connaissance le coeur qui patine

encouragé par une rue qui penche en gargouille au pied du cadran solaire

Passent les heures à écoper en plongée

la machine en naufrage

grand transatlantique aux pieds d’argile

pour relancer l’hélice en surface par le trou de l’éclaircie…

 

Niala-Loisobleu – 15/12/19

 

JOUE ET DORS…


René Char

 

 JOUE ET DORS…

 

Joue et dors, bonne soif, nos oppresseurs ici ne sont pas sévères.
Volontiers ils plaisantent ou nous tiennent le bras
Pour traverser la périlleuse saison.
Sans doute, le poison s’est-il assoupi en eux.
Au point de desserrer leur barbare humeur.
Comme ils nous ont pourtant pourchassés jusqu’ici, ma soif,
Et contraints à vivre dans l’abandon de notre amour réduit à une mortelle providence!
Aromates, est-ce pour vous?
Ou toutes plantes qui luttez sous un mur de sécheresse, est-ce pour vous?
Ou nuages au grand large, prenant congé de la colonne?
Dans l’immense, comment deviner?Qu’entreprendre pour fausser compagnie à ces tyrans, ô mon amie?
Joue et dors, que je mesure bien nos chances.
Mais, si tu me viens en aide, je devrais t’entraîner avec moi, et je ne veux pas t’exposer.
Alors, restons encore…
Et qui pourrait nous dire lâches?

René Char

NOTRE DEMEURE


5111dcd1ededebb570a9cb6adf61db0a

NOTRE DEMEURE

Dame de près l’ombre chat sous ta main de peintre

joue
Tandis que l’âge crible la mienne drainant le derme

(et mince taie sur la pupille)
La paume de la nuit en sueur scintille sur la nuit

Une meule d’étoiles se rentre à l’horizon urbain
La lune fardée comme une
Japonaise
Approvisionne là l’immeuble de la nuit
Les feux du stade bordent notre alcôve

Une demande précautionneuse

Cherche ta voix
Que ta diction lente et courtoise exauce

Michel Deguy

PARADISO


dogwoodwoman

PARADISO

 

Dans les bouts d’aurore accrochés à la nudité des branches

les cris des gibbons arrivent au dernier souffle des chevaux de la rue de Vaugirard

Sur la mer du Nord le hareng sort du vomi

de bière, les marins du chalutier de Bonne Espérance tiennent difficilement le cap sur leur jambes. Les filles avec lesquelles ils ont dégorgés sentaient la saumure dans laquelle ils embarquent leurs rêves en campagne

La patronne a du noir dans l’oeil, j’ai ouvert le hublot pour tirer un saut de bleu  dans la  ligne d’horizon

Des guirlandes de rues que les sapins tiennent, l’harmonium s’est tu en même temps que le ronflement du projecteur du cinéma Paradiso. L’enfant et le vieillard marchent entouré d’oiseaux. De la douleur qui sort sur le trottoir devant la vitrine du traiteur, les cartons du trottoir libèrent le chien qui sert de couverture à Ulysse, le SDF échoué là. Il montre à tout le monde la photo jaunie d’une femme sortie de son portefeuille vide, en disant elle s’appelait Pénélope. Avant pendant qu’elle tricotait, j’allais à la pêche au Graal

Les bouées de Niki de Saint-Phalle arc-en-cielent de leur gros ventre le glauque du jour, le long du chenal

tour à tour, les oiseaux de mer que l’enfant promène à quai, nettoient leurs yeux. Il les conduira dans la salle et les fera s’asseoir pour leur passer le film d’une histoire autre qu’un conte de Noël où un âne promène des sauts d’ô sur un vieux manège…

 

Niala-Loisobleu – 15 Décembre 2019