Jean-Michel Maulpoix


d4e9c5c7f1425dc11d31261ba61fd65a

Jean-Michel Maulpoix

 

Poèmes reproduits avec l’aimable autorisation de l’auteur et de l’éditeur Mercure de France

 

Emma aimait le bleu.

Celui des robes et des rubans que vendent les camelots de passage, ou des stores de soie que l’on tire aux fenêtres des calèches. Celui qui recouvre les livres où l’on parle d’amour.

Celui que laisse dans la tête la musique après que l’on y a dansé.

Elle n’avait pourtant jamais vu la mer.

 

 

(extrait du livre de Jean-Michel Mauploix, Une histoire de bleu, éd. Mercure de France MCMXCIV, 1992, « Dernières nouvelles de l’amour », p.107)

 

 

Ses robes, il faudrait en parler.

 

Cette manière qu’elle a d’en changer. D’en découdre avec la terre, avec le ciel. Ses ourlets blancs qui se déchirent et se rapiècent. Ses défroques d’algues à marée basse sur le sable mouillé. Ses fourrures et ses boléros quand elle s’en va danser au large. Et ce bleu, ce vieux bleu fétiche qui en voit de toutes les couleurs quand elle retrousse ses manches et se met au travail.

Les tentures brodées de myosotis et les miroirs profonds encadrés de faïence avouent quelle nostalgie l’habite. Ici se dissimule une vie recluse de femme, avec ses paquets de lettres noués de rubans violets, ses dentelles mauves, ses coffrets de turquoise, et toute la bijouterie des saphirs, des émeraudes et des perles, la pacotille des verroteries et des pendentifs de nacre, et quantité de fleurs exotiques aux tons indescriptibles piquées dans les vases de porcelaine dont aucune main humaine ne change jamais l’eau.

 

(extrait du livre de Jean-Michel Mauploix, Une histoire de bleu, éd. Mercure de France MCMXCIV, 1992, « Dernières nouvelles de l’amour », p.108)

 

 

 

A Gabrielle Segal « GUERRIERE »


561d03140ffbd7a1e24d684cae569bb8

A Gabrielle Segal  « GUERRIERE »

Cet article paru il y a un jour, avait retenu mon attention par un double-impact: la photo d’abord, de face et percutante , les mots ensuite et l’intention forte de démasquer sa tricherie personnelle.

La réaction des lecteurs marqué par 76 likes et 22 commentaires m’amène à réagir parce qu’à moins de se méfier de moi, pourquoi ne réponds-tu pas, Gabrielle au propos que j’ai mis ? Sans doute aussi, mais ça rejoint la première question, que le doute du vrai et du faux me taraude.

Ce texte qui se veut fort choisit de se tourner vers la faiblesse des propos élogieux. Le paradoxe ne peut être ignoré. C’est un choix. Mais dans ce cas le poème joue un double-rôle, ce pourquoi j’y réponds ici sur mon site étant donné que tu y viens liker dès que j’écris un article.

C’est pourquoi je pense que ce poème d’Alain Jouffroy exprimera limpidement ma pensée, sans griefs et en totale objectivité.

Amicalement, Gabrielle.

LE DOUBLE EN JEU

La lumière est l’aura d’un Narcisse en deuil de lui-même. Coup d’état narcissique, le suicide, auquel me lie la complicité luciférienne, est le moyen le plus
expéditif de renverser le gouvernement de l’Ange.

Me peigner, nouer ma cravate et, surtout, fermer les yeux devant la glace : toilette mortuaire de mon reflet.

Quand je n’y suis pas, mon miroir est vide comme un cercueil (les déménageurs portant une armoire à glace dans la rue, plus sinistres que des croque-morts une bière). Dans
mon enfance, l’armoire à glace — personnage fantomatique dont la tête était constituée par une mappemonde — bougeait selon mes propres mouvements dans le lit.
Aujourd’hui encore, que je supporte le monde suffit à me terroriser moi-même.

Je suis ci-devant Alain Jouffroy. Comme le miroir, je n’ai rien à voir avec moi-même. Et si je joue aussi froidement, c’est que je n’en mettrais plus mes mains au feu : je les
joindrai à ma dernière lettre.

Si J. : le seul mode conditionnel me fait passer au royaume des ombres. D’ailleurs, mon affectation pure et simple implique une sérieuse désaffection. Se faire aux faits, c’est jouer
un jeu par trop fair play. Je préfère la plutôt sombre fête de feu M. Phénix.

Al Capone m’a chaperonné, Messieurs. En tant que forte tête de Turc, j’ai la hautaine nostalgie de Combourg. Pour tuer mon père, François de Chateaubriand, dont ma mère
fut la dernière sylphe, je me suis suicidé en rêve. Au réveil, je suis René.

Mon père ne s’est pas suicidé à vingt ans comme René, son prénom, l’y obligeait. Il a préféré me renier, moi qui, en m’opposant à lui, chargeais ce
prénom de son unique sens. René assume le premier et le dernier rôles qui consistent à passer outre à la fin d’un monde.

Et si je parle de suicide avec tant d’ostentation, c’est sans doute que je suis extrêmement affecté. Affecté par les bruits qui rôdent autour de moi, sur moi. Ma
sensibilité est ombrageuse à ce point que je suis susceptible de ne plus la révéler au grand jour.

Joueur froid — roi des pales de l’hélice du bateau qui passe au large des îles d’Hyères — ô stormglass — le surnom de Thomas Roide que Beyle avait
donné à son ami Théodore Jouffroy vaut pour moi, le plus roide de tous les rois de cartes — le roi de Pique, bien sûr — que j’abats sur la table verte comme
j’abattrai mon double à coups de revolver lors de ce duel que je lui livrerai un soir au fond d’une forêt — de par cette toujours ombrageuse susceptibilité qui fait que je
me bats froid moi-même.

Homme de verre évoluant dans le palais de miroirs sur patins à glace — et point de fuite d’une perspective sociale sans issue — je suis sur le point d’atteindre
l’invisibilité parfaite.

Alain Jouffroy

LA PEAU DU FANTÔME


f05f88c0e1a5791501549a9a560cf375

LA PEAU DU FANTÔME

Je traîne mon espoir avec mon sac de clous, je traîne mon espoir étranglé à tes pieds, toi qui n’es pas encore, et moi qui ne suis plus.

Je traîne un sac de clous sur la grève de feu

en chantant tous les noms que je te donnerai

et ceux que je n’ai plus.

Dans la baraque, elle pourrit, la loque

où ma vie palpitait jadis ;

toutes les planches furent clouées,

il est pourri sur sa paillasse

avec ses yeux qui ne pouvaient te voir,

ses oreilles sourdes à ta voix,

sa peau trop lourde pour te sentir

quand tu le frôlais,

quand tu passais en vent de maladie.

Et maintenant j’ai dépouillé la pourriture, et tout blanc je viens en toi, ma peau nouvelle de fantôme frissonne déjà dans ton air.

René Daumal

CE  TRAIN QUI EN CACHE UN AUTRE


cdb1b2776d5a58756ad20370d261bc8e

CE  TRAIN QUI EN CACHE UN AUTRE

Atmosphère aquatique du squelette terrestre, on en verra bientôt plus que le bassin. Entre vanne et marre lit clapotent les berges. Le chant du merle siffle comme un bruit de lavabo qui se vide. Quel moulin à prières pourrait éponger l’incontinence climatique dans laquelle flottent les esprits. Je compte sur l’éclaircie du jour de grève prochain pour que l’amer à points sèche. L’engagement du sort d’une vie ne vaut-il pas qu’on privilégie la retraite aux ripailles de Noël.

Un jour de réveillon sans glissades d’hiver tient beaucoup plus de chances d’assurances de transports divers pour un avenir sur ses deux jambes…

Niala-Loisobleu – 13/12/19