A CAUSE DES PLANCHES


13f67c7d2b7a8af1bc800d05bea1d576

A CAUSE DES PLANCHES

 

Marchepied des quais comme un tremblement d’os

d’une mémoire disjointe reste toujours la marche à l’amour

peut-être trop de carreaux qui ont reçu des pierres

que la porte en fut clouée

la pluie a tant passé au travers

que la rivière en débordant y tira la mer

En plein labour que de chevaux tués

qu’un pouls lin remis à l’étrier

Sol secs et arides des journaux guettant avec espoir

le retour d’enfants prodigalement peu enclins

laissant la gueule cassée d’une sale guerre

 

Une grange

Peut-être, à travers les chansons
Comme à travers les trous du toit
De la vieille grange effondrée
Appelant la fraîcheur des doigts
De l’orage ou l’amour, on voit
Peut-être ma vie qui appelle
Ô vous savez qu’elle était belle
Anciens compagnons de ma joie
Puisque c’est vrai, tout est image
Nous sommes l’image de nous
Et dans les paumes du message
Vous voyez la trace des clous
Ô les feux allumés de l’âge!
Ne va pas prendre mal, surtout
Et reviens, sèche-toi, sois sage
Il tombe de la mort partout
Chevaux tués, ombres des désastres
Avenirs aux jambes brisées
Éternités tombées des astres
Aux formes de lampions brûlés
Ô les bombes sur l’abbatiale!
Ô l’incendie dans le verger!
La terre est ce tablier sale
Et les couleurs se sont vengées
Puisque c’est vrai, tout est
Puisque c’est vrai que l’iceberg cache la plus grande partie
tu plonges pour y voir
ô le Capitaine est sur ce bord là à garder la part en commun
ça rassure sur la fiabilité du sentiment
l’éternité du pouvoir de l’amour confirmée
devant la beauté de ton tablier
tendu à recevoir les fruits lourds de ton plus bel arbre à toi
Puisque c’est qu’à cause des planches la cabane est sacrée
les buissons églantinent à foison…
Niala-Loisobleu – 12/12/19

2 réflexions sur “A CAUSE DES PLANCHES

  1. Dis bien à ton capitaine que le temps s’incline que l’amour est dans l’églantine qui a investi la cabane et que tu n’as pas rêvé ni en vain ni trop fort…Les figues du soleil s’accrochent sur les tuiles mouvantes des tempêtes…

    Aimé par 1 personne

    • Au labo de la considération nos corps nus cherchent à comprendre pour trouver, mon Capitaine est toujours à la découverte
      L’exception qui confirme la règle que j’aime po ce qui s’incline est que quand toi tu te penches ça me redresse
      Les tuiles quand ça vole mieux vaut sortir couver…

      Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.