COUCOU DES STASES


1afb603e3503ee00f67bb21c77bf3309

COUCOU DES STASES

 

Qui m’a dit que le serpent craint l’hiver ?

Je cherche dans l’éclat de la pierre la majesté de la voûte sarrasine rouge sang de terre-cuite amorçant l’aisselle de l’arc

A l’approche de la mer les pluies automnales et le mascaret forment des rencontres que noient les dérivées sournoises. L’anémone penche sa tête lourde dans les cheveux tombés de l’arbre qu’un dos fatigué attelle avec bien du mal. A la pêche au goémon la vague et le cheval rentrent dans l’eau. Ce ne sont pas les macreux,  ces canards nordiques hivernant sur nos côtes qui viennent aider de la force-motrice de leurs palmes, ils sont bien trop occupés à surveiller les caprices du vent

En héritage reste le bien personnel de l’arbre à médecine

L’écho de son tambour sommeille dans les jarres

La sarbacane reste de garde dans l’oeil du chien à l’entrée des matins troubles.

 

Niala-Loisobleu – 9 Décembre 2019

3 réflexions sur “COUCOU DES STASES

Les commentaires sont fermés.