EMBARCADERE


59708179870__661B95EF-5417-4C98-B517-0C29D1086B47

Le port de La Rochelle – 1934 – Louis-Michel Denèfle 

EMBARCADÈRE

Du bout de cette scène  quand volaient les derniers linges, j’ai coupé le son des pleurs d’une femme qu’on battait

La voûte des arbres à la correspondance du Châtelet tiendrait la grande Ourse en état de rouler que ça collerait avec mon imagination d’enfant

Je crois qu’il faut connaître le cri du loup sur une montée pierreuse occitane pour dire qu’on dira ce qu’on veut du Pyla; ça ne changera pas mon sentiment qu’un tas de sable ne possède rien de ce qui fait ce cri là

Comme la poussière des battages qui vient se coller à la transpiration

Elle appelle aux meules pour le guilledou

Devant le Louvre j’ai marché en me tenant rive-gauche, le bon côté de la Seine, l’Institut a choisi la vraie célébrité en partant de Lutèce jusqu’à St-Germain-des-Prés. En mettant leur tête dans l’eau les essences  publiaient le ban pour marier la voile. La femme que j’ai vu faire l’amour sous le Pont-Neuf avait cette odeur fluviale qu’on n’explique pas

L’eau me fascine

Mon père m’a donné cette émotion j’avais 1 an , dans la loge de ma grand-mère il y avait un grand tableau du port de La Rochelle au dessus du buffet, il l’avait peint comme pour mettre le 51 rue de Verneuil en embarcadère. J’en ai le morceau sauvé. Ma belle-soeur cette horreur, l’avait récupéré à sa mort. Il était peint sur du contreplaqué, le trouvant trop grand elle l’a fait scié

Pourtant dès que j’ai commencé à faire les caniveaux, j’ai eu une idée de la femme qui l’élevait à égalité de l’homme

Son creux tellement plein.

Niala-Loisobleu – 03/12/19

TOTAUX


Norge

TOTAUX

Ton temps têtu te tatoue.
T’as-ti tout tu de tes doutes ?
T’as-ti tout dû de tes dettes ?
T’as-ti tout dit de tes dates ?
T’a-t-on tant ôté ta teinte ?
T’a-t-on donc dompté ton ton ?
T’as-ti tâté tout téton ?
T’as-ti tenté tout tutu ?
T’es-ti tant ?
T’es-ti titan ?
T’es-ti toi dans tes totaux ?

Tatata. tu tus ton tout.

Norge

MÂTINES


f4ad946a230112da7b1d5a1984562792

MÂTINES

Un paysage au ventre rond

le chant d’un bouquet persillé

assez de doigts pour tenir la page

 d’une fenêtre secouée du rêve de la nuit

les fourmis rouges déménagent la touffe dans la rue d’à côté

un remorqueur tient l’arche du pont sur son dos

le laitier a déposé tes seins ronds  à la porte

j’entends distinctement la voix du rémouleur passer la poterne.

Niala-Loisobleu – 03/12/19