SEPT BRANCHES


L’Arbre-Chandelier achève

Dernière bougie

Un jour qui se couche seul

Les Champs-Elysees débordent

Dans leurs dépenses vestimentaires

Seul le soldat inconnu est en soldes

Un piano barre le contoir

Nue tu réverbères

Belle de silence en fenêtre

Mes mains dans ton clavier

Au cheval attelé composent l’Epoque à venir

Niala-Loisobleu – 31 Décembre 2019

ROSEES RICHES


3050f0f56c2c0bd58f6f3f2ab65df51b

ROSEES RICHES

Vient ce mouvement musical  que le lointain met en écume au littoral

L’arbre d’une forêt sèche se détache en points verts, les branches en clignotent

Cette cabane forestière habitée de ronciers et d’éboulis divers nettoie l’âtre en corps ouvert

D’anciens thermes construits sur la source pointent à travers  la rosée

un sentiment de renouveau, de présence venant de très loin surgit

Les années passées, monologues des miroirs sans tain, cernes qu’aucune exaltation de vie n’a apporté bordent la fenêtre, tu l’ouvres, jette le rideau opaque et passe le long temps mort par-dessus ta tête

Nue te voilà qui émerge

et plonge au bain rendre à ta peau son odeur de désir profond, tu es mûre d’une jeunesse pure, plus vierge

tes seins ont la maturité de l’Arbre de Vie

le chien ne dort plus sur le tapis, il aboie au  loin par la porte qu’il a ouverte…

 

Niala-Loisobleu – 31 Décembre 2019

LONG DE JAMBE


0f10b2506e94858814e10881324c823c

LONG DE JAMBE

Etendu

le quai s’amarre à l’onde comme une attache d’un autre sens

complicité

chacun de tes pas mène au large

ou

guilleret sautille à la lande

le rire non amorti par la bruyère

Autre effet

la liberté de se sentir librement encordés l’un à l’autre

émancipe un bien-être positivement évolutif que d’aucuns se perdent à rechercher dans une des formes de paradis artificiel

c’est gratuit ce qui rend la consommation bénéfique à l’addiction

De cet endroit où tu es assise, le déroulé de ta jambe totalise un espace infiniment plus long que je pourrais couvrir dans un quelconque moyen de locomotion

en plus t’es sleeping et on va loin en demeurant à quai

et les signaux du face-à-main, en m’envoyant ton image, se font si distincts de la nouvelle catastrophe gouvernementale, que tu représentes une retraite indiscutable

Ainsi le quotidien se patchwork de nombreux petits-bonheurs cousus solidement

Le galbe de ce membre éminent se meut au rythme de la vague

de l’orteil à l’aine en habillant le squelette des jours de charnu mobile

que le peignoir en tombant coupe toute phrase inutile en squattant la bouche

Reste assise, mes lits de pierre montent au toit…

 

Niala-Loisobleu – 30 Décembre 2019

NOBLESSE ET BASSE-COUR


a31be7169f197b396698ed11bdcc768f

NOBLESSE ET BASSE-COUR

Les coqs huent

 les cages ouvertes derrière leur grillage

chassant la poule au coup tôt

et invectivant l’art scellement

quand j’ai sorti ma quéquette au caniveau

pas un passant n’a vu d’exhibition racoleuse

C’est vrai que se mettre nu est moins pervers que se plumer le libidineux

derrière un masque…

Niala-Loisobleu – 30 Décembre 2019

REVELATION


00e15e1508438c4b27f586259235b83a

REVELATION

Comme monte le touché

de ce que l’oeil découvre en frôlant l’ambiant de sa  pensée-libre

tout à coup les personnages montrent le fond de la couleur larvée en nous

Lavé d’ombre le son ne garde qu’un bruit de fleur qui éclot

le laid blanchit  au profit du beau

c’est l’inversion du bien et du mal sans avoir supprimé une valeur

jusqu’à l’envol de l’oiseau qui remplace le vacarme de la lourdeur des travaux de défonce

à présent la pierre rugueuse et hostile en se polissant n’écorche plus la nudité

nous voici nus au centre du marché

l’étal livre passage en s’inclinant

la nature bruisse de tout son derme caressé…

 

Niala-Loisobleu – 30 Décembre 2019

 

POMME – LA LAVANDE


4d45d4c9016b05c3c5d96a94d0981c9d

 

POMME – LA LAVANDE

La lavande
Pomme
Ta peau n’est pas étanche
Elle coule de désir
De trop longues absences
Et d’envie tu soupires
Si je m’affaiblis
Que je ne tiens plus debout
Allonge mon corps ici
Tout en haut du Ventoux
Et couvre-moi de lavande
Et de sel si tu pleures
Avant les neiges de décembre
Avant que ne fanent les fleurs
Je veux mourir maintenant
Et renaître au printemps
Je veux mourir maintenant
Et renaître au printemps
Ta peau toujours si blanche
Au soleil va noircir
Les fruits sur cette branche
Au soleil vont mûrir
Et je m’affaiblis
Oh je ne tiens plus debout
Allonge mon corps ici
Tout en haut de Ventoux
Et couvre-moi de lavande
Et de sel si tu pleures
Avant les neiges de décembre
Avant que ne fanent les fleurs
Je veux mourir maintenant
Et renaître au printemps
Je veux mourir maintenant
Et…