ROUTE GITANE


18b66114650269142bafcab2ea05b99f

ROUTE GITANE

Les troncs en ligne elle muse et arboricole ce long pays plat

Depuis la fin des maisons accrochées à flanc, que de champs de production intensive, où trouver la lanterne quand on entre dans la nuit

Une guitare allumée par le dernier tour de roue positionne. A couvert, la forêt garde le flair du chien. On a pas attaché les chevaux, ils forment le prochain accouplement dans un ballet équin. Monté sur le garde-corps, le perroquet de la belle Sappho conte dans sa langue ses traversées de cartomancienne. Plus loin à l’anse du rivage, un acrobate habillé en arlequin se sent mieux dans les bras du dompteur. Courant derrière les seins passés par la fenêtre quand les jeunes épouses secouent les draps, je ne n’ai jamais vu un tel nombre de matous.

J’ai besoin de potée

Du choux, de carottes, des navets, des patates, du céleri, des poireaux, de l’ail et de l’oignon, un gros bouquet garni, pour la palette, une Morteau, et des Montbéliard, de la poitrine fumée

Recette érotique qui me court d’un oeil à un doigt en agitant le centre nerveux

J’ai faim de vie

Voilà la mer qui s’approche du jardin, c’est l’heure du chien qui lance sa balle très loin.

 

Niala-Loisobleu – 28/11/19

 

GRANDE MAREE


155571

GRANDE MAREE

La traversée du jardin sur l’eau ne m’a pas tourné la tête. J’ai laissé cette faculté aux égoutiers. Et oiseau au plumage simple je m’ai lissé le jabot tout heureux de sentir comme dedans tu gonflais de plein le vide d’un monde égaré.Le sanglier je l’aurais. On va pas se laisser détricoter l’haleine sur le do. J’ai pensé au coq, il a une putain de santé, même ce temps pourri ne lui ramolli pas la voie du jour. Le parasite a sa place dans le placard à balai. Le clou du jour c’est l’arrivée du Jardin sous la mer. Belle marée, déjà me vient l’odeur de crevette du pore.

Niala-Loisobleu – 28/11/19