PAR DES BARREAUX NOUVEAU-NÉS


772_2

PAR DES BARREAUX NOUVEAU-NÉS

Une femme en amour devant une fenêtre vide. Des yeux bleu ardent, bleu lanière. Un corps arqué sur le désespoir de son nom. Dehors le grand tumulte harassé des
étoiles contre le ciel semble ne plus s’ouvrir, ne plus suspendre l’issue de leur perfection qu’à cette véhémence brouillée de larmes puériles, qu’à ce
gémissement, qu’à ce silence.

Jacques Dupin

Au moment où les kiosques à musique lâchent les opérettes en même temps que l’escarpolette, une femme de choeur rassemble ses voies et se met en marche. L’escalier s’est fait mécanique comme dans une histoire de retraite. Du court, déhale un jeune homme aux yeux vers. sorti  d’une pochette surprise. Il les a toutes bleues rien qu’à se dire c’est une française des je comme je veux. Vous avez dit Grenelle ? Non nous parlions de véhémence brouillée, mais c’est pareil. La fenêtre n’est plus vide. La femme vient de la remplir de son corps projeté en exemple. A la saint Décembre il est manifeste qu’Edouard préférera les bleus hardeurs aux gilets jaunes.

« Je suis allé au marché aux esclaves et je ne t’ai pas trouvé mon Amour »

 

Niala-Loisobleu – 27 Novembre 2019

2 réflexions sur “PAR DES BARREAUX NOUVEAU-NÉS

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.