L’EPOQUE 2019/64: LES EAUX-NEUVES 5


L’EPOQUE 2019/64: LES EAUX-NEUVES 5

 

Voici « LES EAUX NEUVES V » le soixante-quatrième de cette nouvelle Epoque 2019 avec BARBARA AUZOU.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires et vos likes.

les eaux neuves 5

L’EPOQUE 2019/64

« LES EAUX-NEUVES 5 »
NIALA
Acrylique s/toile 53×38

 

Il y a mon amour

Partout dans les branches

Des regards qui nous attendent

Secoués de fièvre blanche

Dans les miroirs d’eaux

Des meurtres d’oiseaux

Et de tout ce qui a des ailes

Proférés par les locataires

Inconstants du beau

Privés de leur matière exploitée

Qui ignorent que le ciel

Fait le duvet des réponses

L’éclatante rudesse

De la raison pure avance

Attendant son heure pour frapper

Aux portes Mes seins touchent l’onde

A distance idéale entre le duel

Et le silence éloignant pour longtemps

Le retour du chaos et l’hégémonie

De ce peu de sang liquide qui nous entoure

 

 

Barbara Auzou.

MIROIR


626c8a31f51f6fce1c0226bb1c5d3fc0

MIROIR

Juste ce qu’il faut d’eau au saut

et le plan fait miroir

d’EAUX-NEUVES

troncs blancs comme des bûchettes devant les sacs de boulets noirs

oui bougnat, tiens ton cheval par la bride

la rue est encore loin de son bout

les caniveaux seront son abreuvoir

Cette trace de soleil est de poil fauve

tu l’as faite plus large qu’un tablier d’école en effaçant le noir du tableau.

Niala-Loisobleu – 09/11/19

ANIMAL CHAUD


Au rétréci d’une capacité physique tenir presente la force d’aimer isole efficacement du froid

La vigueur charpentant le rein pousse la cheville au fond

Comme les pans de la cabane s’écartent à l’aise sur la fondation rocheuse…

Niala-Loisobleu – 09/-11/19

Traverser la mer à la nage par Michel Jonasz


Traverser la mer à la nage par Michel Jonasz

Je pourrais traverser la mer à la nage
Pour un seul de tes baisers
Accrocher un hamac à deux nuages
Que le vent puisse te bercer
Je pourrais cueillir une à une les étoiles
Quitter la Terre, m’élancer
Me perdre dans l’infini sidéral
Juste après s’être embrassé

Et je suis prêt porté par le mistral
À prendre le large, à m’envoler
On s’aimera j’en suis sûr jusqu’à la fin des âges
Le seul vrai bonheur c’est d’aimer
Le seul vrai bonheur c’est d’aimer

AU CHIEN-ASSIS


4aed5a29f786745d3a55fe6ae61fc1b9

AU CHIEN-ASSIS

Sur l’arête vive

le fil de glace que les mains fondent

dès que les heures en une découvrent chaque 1/4 d’h du ventre

au bruit amorti par la touffe d’herbe épaisse d’une géométrie mystique

gommant les écarts saisonniers au débouché d’un univers satellite mis sur orbite

l’inventaire aux noms d’oiseaux libéré des cages dans la boîte ouverte du marché aux fleurs mis à quai flanc à flanc

Niala-Loisobleu – 09/11/19