PENDULE EN EXIL


cc18b62f898b85ace70a13d6f5092e31

PENDULE EN EXIL

De mercure le temps s’étire

Par les basses d’une viole prise au cadran

Rauque voix du temps qui n’avance pas

Sortir du gousset-souricière d’un bond de libellule traversant le marécage

Entrer entre les deux cuisses de la fraîcheur et nager dans l’herbe cristalline

Echange sans équivoque, où sans chercher la forme est couleur de vivre à créer

Loin de l’aride son de cordes vocales sèches

Sans appel à boire un ciel plein son vers

Niala-Loisobleu – 30/10/19

2 réflexions sur “PENDULE EN EXIL

Les commentaires sont fermés.