TROU DU MUR


Leurs pieds chaussés de pavés mis bout à bout, ils sont entrés l’un à la suite de l’autre. Tu te retrouves comme un port niché dans la mémoire d’une traversée encore en marche. Seulement c’est l’escale. Ils viennent vivre le bout caché d’une aventure commune. On a soudain la certitude d’être et ça donne à rigoler comme si on avait fait farce au quotidien. On partage. Tout passe et se vit par le mur ouvert.

Niala-Loisobleu – 26/10/19

EFFET D’EAUX-NEUVES


Au coin de l’œil humide surgit le lotus, souple de l’haleine pointée à dessein

Au renversé de leur cime les arbres piroguent entre les serpentins de lumière

Un couple tourne à l’angle du mur de rive et gagne le couvert de la maison

En piqué un martin-pêcheur vient de faire trembler la quiétude du nénuphar pour rejoindre le chant de source. Mais chaque tableau est unique.

Niala-Loisobleu – 26/10/19

LIGNE BLEUE


756656

LIGNE BLEUE

 

Les gouttes retenues j’ouvre la fenêtre, ses seins sont tournés d’argile, d’huile et de vins

L’olivier rejoint l’oranger et le citronnier, juste un feu de sarment au premier pressage

Le thym a déjà rejoint le sommet des lavandes en laissant libre-cours à l’abeille de son ventre au triangle de fleurs mêlées

Le bateau fendant de sa proue cette idée particulière d’autre horizon tient le voile blanc dans la main des enfants.

 

Niala-Loisobleu – 26/10/19