L’EPOQUE 2019/61: LES EAUX NEUVES II


Voici « LES EAUX NEUVES II » le soixante-et-unième de cette nouvelle Epoque 2019 avec BARBARA AUZOU.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires et vos likes.

les eaux neuves 2

 

  L’EPOQUE 2019/61

« LES EAUX-NEUVES 2 »
NIALA
Acrylique s/toile 53×38

 

 

On a dérangé tant de silences

Que la rosée avait dissimulé

Le tracé du chemin Ce lieu

Nous l’avons ouvert avec les yeux

Avec un poing blanc ganté de rousseur

C’est qu’il fallait tirer à soi plus de douceur

 La tige longue des joncs sur la ligne de vie

Et c’est une débandade de blocs adoucis

Qui a roulé vers l’aiguille de notre sang

Passés en pluie sur une peau d’herbes plissées

Lentes comme l’étirement d’un col de cygne

Nous avons conquis le vert de la durée

Et l’œil embué d’une sérénité

Que peu d’ombre ponctue

 

 

Barbara Auzou.

 

 

Couvent des Récollets

Rue d’Angoulème – 16100 COGNAC

Salle Marvaud

P1050890

NIALA

 

« L’EPOQUE 2019 »

Du 21 Octobre au 2 Novembre 2019

(Fermé Vendredi de Toussaint)

Vernissage le Mardi 22 Octobre à partir de 18 heures

Ouvert sans interruption de 9h30 à 19 heures

UN DIMANCHE DANS L’EAU


41.jpg

UN DIMANCHE DANS L’EAU

 

Un silence de train se laisse poser sous les pommiers de derrière la vallée pendant que les fumées de cheminées laissent les flammes jouer, derrière sa vitre le poisson garde son eau plaine. A côté du livre fermé l’histoire d’amour se lit en écoutant le bruit de traverses dans l’esprit de la pensée allongée sur les fleurs du drap. Elle dit toujours l’horreur de la petite boule à laver c’est qu’elle supprime la libido en premier. Le chat lui monte l’escalier naturellement sans faire de bruit. D’un cornet de frites au coin des Grands Boulevards j’arrivais plus souvent en retard à l’école. Quant aux marrons des Tuileries ils furent les premiers à me donner ce piquant qui retient pour quelque chose. Par exemple les chevaux de Marly qui cernent la Concorde ont plus de souvenirs de guerre que d’histoires d’ô à raconter. C’est ainsi que les hommes vivent, Guillaume est mort de guerre alors qu’il était né que pour aimer en paix. La pomme sous mes yeux est à l’image de tes fesses. Craquante et joufflue.Le pourpre qui vernit ses joues tire au vers dans la partie qui se creuse. T’es bonne à mordre. Le bateau de croisière est entré dans la rade, il faut vite tirer les volets sur Venise. Fermant les peaux pierres un instant, je vois tes seins sauter au trapèze. Je les attrape au vol et les garde en sculpture pour mon exposition. Debussy passera en fin d’après-midi.

Niala-Loisobleu – 20 Octobre 2019

.

LA GOMME COULE…


750542

LA GOMME COULE…

La gomme coule en larmes d’or des cerisiers.
Cette journée, ô ma chérie, est tropicale :
Endors-toi donc dans le parterre où la cigale
Crie aigrement aux cœurs touffus des vieux rosiers.

Dans le salon où l’on causait, hier vous posiez…
Mais aujourd’hui nous sommes seuls —
Rose
Bengale!
Endormez-vous tout doucement dans la percale
De votre robe, endormez-vous sous mes baisers.

Il fait si chaud que l’on n’entend que les abeilles…

Endors-toi donc, petite mouche au tendre cœurl

Cet autre bruit?…
C’est le ruisseau sous les corbeilles

Des coudriers où dorment les martins-pêcheurs…
Endors-toi donc…
Je ne sais plus si c’est ton rire
Ou l’eau qui court sur les cailloux qu’elle fait luire…

II

Ton rêve est doux — si doux qu’il fait bouger tes lèvres
Tout doucement, tout doucement — comme un baiser…
Dis, rêves-tu que sur un roc vont se poser
Parmi des thyms chèvrefeuilles de blanches chèvres ?

Dis, rêves-tu que sur la mousse, en notes mièvres,
La source pure au fond du bois vient à jaser.


Ou qu’un oiseau tout rose et bleu s’en va briser
Les fils de
Vierge et faire au loin s’enfuir les fièvres ?

Rêves-tu que la lune est un hortensia ?…


Ou bien encor que sur le puits l’acacia
Jette des fleurs de neige d’or sentant la myrrhe î


Ou que ta bouche, au fond du seau, si bien se mire,
Que je la prends pour une fleur qu’un coup de vent

A fait tomber, du vieux rosier, dans l’eau d’argent ?

 

Francis Jammes

PASSAGE COUVERT


P1050949

PASSAGE COUVERT

 

Les rigoles du toit  au bord des tuiles, le lit flotte sans se presser dans le rêve qui prend tout son temps

Le coq enrhumé s’est trouvé bloqué en gare par la grève sauvage

tu te serres jolie plante dans le pot de taire

Il se glisse entre nos peaux à nous ce frisson qui déglace les pare-bises

Le petit chat est sorti courir dans la rosée pendant que je déboutonne la porte du jour

Bon Jour ma Dame

Cette odeur de peint chaud qui entre dan la voiture c’est pour nos deux mains l’expo en petit-déj d’Epoque.

 

Niala-Loisobleu – – 20 Octobre 2019