SACCADES


7dfe683c021f4d5bd0c7901bb94625d9

SACCADES

Rentre tout de même ta récolte incendiée.

Et va-t’en, les mains ouvertes, le sang dur.

Il reste une enclave inconnue dans ce corps séparé,
Une route dans ma route,

Et la rauque jubilation de l’espace affamé.

La lumière affectionne les torrents taris,
Les lèvres éclatées…

Va-t’en, la maison est en ordre,
L’épieu du vent la traverse.

Dans la vieille ferme éventrée
Ou vint s’abattre leur lanterne,

Lui s’attable et coupe le pain,
Elle, commence à souffrir…

Des parcelles de vérité

Criblent ma voix sans l’ensemencer,

A l’écart pourtant de la mort volubile,
De l’atroce feuillage aimanté.

Langue de pain noir et d’eau pure.
Lorsqu’une bêche te retourne
Le ciel entre en activité.

Nos bras amoureux noircissent,
Nos bras ouvriers se nouent.

Juste la force

De basculer dans le ravin

Notre cadavre successif

Et ma bibliothèque de cailloux.

Ta nuque, plus bas que la pierre,

Ton corps plus nu

Que cette table de granit…

Sans le tonnerre d’un seul de tes cils,
Serais-tu devenue la même
Lisse et insaisissable ennemie
Dans la poussière de la route
Et la mémoire du glacier?

Amours anfractueuses, revenez.
Déehirez le corps clairvoyant.

Longtemps l’angoisse et ses travaux de vannerie,

Soudain cette ombre qui danse au sommet du feu
Comme une flamme plus obscure.

Longtemps les affres et le ploiement

D’un verger soupçonné au défaut de nos fers,

Soudain le furieux sanglot, le dernier rempart,

Et la maison ouverte, inaccessible,
Que le feu construit et maintient.

Frivole agonie tournoyante,
Une femme effrayée de rajeunir
Tombe inanimée pour qu’il neige.

Où es-tu, foudre errante de la forêt

Dont on m’annonce la venue,
Dont on m’épargne la rencontre?

Les invités s’éloignent sous les arbres.

Je suis seul.
Une étoile.
Une seconde étoile.

Plus proche encore et plus obscure,

Et leur complicité dans l’atonie
Pour clouer le cœur.

Reste le seul battement

D’une minuscule agonie désirable

Dans les hauts jardins refermés.

La scansion de l’affreux murmure te dégrade Écourte ta journée, enterre tes outils.

J’adhère à cette plaque de foyer brûlante,
Insensible…

Je rends ton enfant à la vague.
Je tourne le dos à la mer.

Reconquise sur le tumulte et le silence Également hostiles,

La parole mal équarrie mais assaillante
Brusquement se soulève
Et troue l’air assombri par un vol compact
De chimères.

Le tirant d’obscurité du poème
Redresse la route effacée.

L’immobilité devenue

Un voyage pur et tranchant,

Tu attends ta décollation
Par la hache de ténèbres
De ce ciel monotone et fou.

Ah, qu’il jaillisse et retombe,
Ton sang cyclopéen,
Sur les labours harassés,
Et nos lèvres mortes!

Dans l’attente à voix basse

De quelque chose de terrible et de simple
Comme la récolte de la foudre

Ou la descente des gravats…

C’est la proximité du ciel intact

Qui fait la maigreur des troupeaux,

Et cet affleurement de la roche brûlante.

Et le regain d’odeurs de la montagne défleurie…

Sommets de vent et de famine,

Motet insipide, fureur des retours,

Je redoute moins la déchéance qui m’est due

Que cette immunité

Qui m’entrave dans ses rayons.

Terre promise, terre de l’éboulement.
Malgré les colonnes, malgré le tambour.

Mon corps, tu n’occuperas pas la fosse

Que je creuse, que j’approfondis chaque nuit.

Comme un sanglier empêtré dans les basses branches
Tu trépignes, tu te débats.

Le liseron du parapet se souvient-il d’un autre corps
Prostré sur le clavier du gouffre?

Jette tes vêtements et tes vivres,
Sourcier de l’ordinaire éclat.

Le glissement de la colline
Comblera la profondeur fourbe,
L’excavation secrète sous le pas.

Le calme s’insinue avec l’air de la nuit
Par les pierres disjointes et le cœur criblé

A la seconde où tu as disparu
Comme une écharde dans la mer.

Je touche et tes larmes et l’herbe de la nuit-Allégresse mortelle, est-ce toi?

La lumière deviendra-t-elle argile dans mes mains
Pour la modeler à ta ressemblance, 0 mon amour sans visage?

Qui va tresser au pied de la combe
L’osier coupé par ces enfants?

Qui peut mourir encore

Comme une aggravation de la lumière,

Comme un accroissement du calme?

Parole déchiquetée,

Four une seule gorgée d’eau
Retenue par le roc,

Parole déchiquetée,
Fiente du feu perpétuel,

Éclats de la pierre des tables.

 

 

Jacques Dupin

 

 

Rentrons le corps d’élite à l’abri des rayons X

la maison des vents  est visée par le détournement graveleux de la confusion des genres

On furète dans le supermarket d’internet

horizontal  ment sous vocable vertical

Ernesto se garde Roberto pour tuteur

 

Niala-Loisobleu – 17 Octobre 2019

 

2 réflexions sur “SACCADES

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.