ENTRE TIEN EMOI 116


cropped-a5ac5ac76d480f42d4dd0e744a5bf8c81

ENTRE TIEN EMOI 116

La banalité de l’époque voudrait paraître qu’elle ne se montrerait pas mieux. D’où la poussée d’un essentiel se passant d’efforts. Ne rien chercher. Laisser venir pour garder l’âme des choses. Et sortir des états creux de situations vides. Les propositions se faisant admiratives ne sont destinées qu’à faire reluire le donateur. Cesser aussi de faire paraître ce qui a vu jour dans un désir d’enfant à deux. Le voyeurisme entaché par son dédain de l’intime. Depuis NOUS en début d’année plus de 60 témoins ont succédé à la barre. Le jardin est riche d’un état d’absolu qui l’appelle au secret afin de n’être pas gaspillé

Tu écris à l’imprimé du tableau, je peux te voir par le déboutonné de la veste

Ta chaise remue, bat des pieds, chauffe du coussin

De mon côté dans ce no man’s land qui précède l’expo le pinceau a la tête à l’envers et le chevalet reste attaché à l’anneau

Pourtant sous l’averse la mer chantonne, on voit les gabiers à quai et les filets qui sont en tas avec les bouées de marquage. La file des curieux fait le tour du phare, on n’y voit rien en plein jour

Je flotte dans la pensée d’un autre voyage, tu t’approches d’un temps d’arrêt attendu. De la musique en cours nous avons éteint Vianney comme une contre-référence

Où est la Bande à Bertin, compagnons de ma jeunesse

Laetitia, l’horreur, fait chaque jour la couverture, l’idole s’est pris entièrement le terrain

A  part tes seins, ce qui tombe rien ne relève la flamme chaude de l’arbre en automne

La pierre pompe de l’eau de quoi tenir les vessies hors des lanternes, ma poète quand au bout des bras j’accrocherais les Eaux-Neuves de cette Epoque, la douleur aux reins me fera sourire comme quand tu me dis de venir à toi

Les labours appellent en corps des boeufs à l’attelage

le cheval auprès de la porte dessine des fleurs pour couper le barreau des cages

J’ai la langue à la mangeoire comme un itinéraire en trace

Un tel désir de vivre nos couleurs.

Niala-Loisobleu – 16 Octobre 2019

 

6 réflexions sur “ENTRE TIEN EMOI 116

  1. Vivre est soupesé, exposé, crié…
    Pourtant c’est à chaque fois une journée d’Eaux-Neuves qui m’empoigne par les pans de ma veste..
    Les mots sont des lieux où les spectateurs tendent leurs assiettes, une manche dépasse dont je ne me soucie pas…Je goutte au lait vert d’une Epoque choisie dans les racines du silence et invente toutes ses postures…Tout est naissance…

    Aimé par 1 personne

    • Je te concède cette faculté. Nous avons ce concept de naissance en commun. Ceci ne conduisant pas au sommeil du oui ouisme ne peut nuire au maintien de la notion de valeur.
      Tu as une responsabilité ouvrière en ce sens et tu l’assumes pleinement.

      Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.