V’OUÏE V’OUÏE V’OUÏE


ae599d4ba484f6b6119217a5e13325b9

V’OUÏE V’OUÏE V’OUÏE

Un poisson traie la vague

bouche-à-bouche

L’anémone en lèvres d’en vie

Le corail se montra alors plus charnu qu’algues ronçonneuses

la liberté d’expression bien en vue

Qu’en définitive je ne fis plus que de la peinture à l’ô

laissant l’huile à la sardine boucheuse et aux fois de morues dégorgeuses du vieux pore de Marseille.

Niala-Loisobleu – 14/10/19

6 réflexions sur “V’OUÏE V’OUÏE V’OUÏE

    • Alors là Gabrielle, tu me retournes (pas dans la tombe comme le Boss), je suis comblé, te lire c’est bonheur. Et quelle peinture, merci tu peux me tu, ce s’ra encore mieux, t’embrasse, merci bien !

      J'aime

Les commentaires sont fermés.