CHAUD ET FROID


8f96a97502eb67117195763563a834bd

CHAUD ET FROID

 

Dans ce soir qui tord tout et son contraire qu’est-ce que je pourrai avoir à me reprocher

certes pas d’avoir initié ta présence

Le faux-reflet ne peut venir que d’avoir fait acte de présence en plein ce dont on se voit accuser d’absence. Les jardins seraient des lieux propices à certaines mauvaises herbes dès lors qu’on y touche. C’est injuste et banal comme un quotidien obligé

J’ai seulement la mémoire de ce qui sent bon en toute circonstance

Le cheval boit à l’écart du fouet sur la trace libellule.

.

Niala-Loisobleu – 13/10/19

L’EPOQUE 2019/60 « LES EAUX NEUVES 1 »


L’EPOQUE 2019/60 « LES EAUX NEUVES 1 »

 

Voici « LES EAUX NEUVES I » le soixantième de cette nouvelle Epoque 2019 avec BARBARA AUZOU.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires et vos likes.

les eaux neuves 1

L’EPOQUE 2019/60
« LES EAUX-NEUVES 1 »
NIALA
Acrylique s/toile 53×38

 

Tu as pris l’instinct du bon train

Comme on franchit la distance

 D’un rêve . C’était cette rosée seule

Sur les rails qui tracerait l’enclos du sang.

La chair qui se tend serait la tendre preuve

A boire tout bas et sans trêve.

Tu as vu ce sein mordu au seuil d’une calme maison

Comme le gosier rond d’un coquillage

Toi

Toi et le battoir de tes mains à me refaire un visage

D’eaux neuves.

Et la chaux blanche de nos genoux

Comme un promeneur dans les nuages

A pris la peau de nos saisons et de nos moulins.

 

Nous voyageons debout et sans témoin.

Barbara Auzou.

 

LONGUE-VUE


6c0ec791bc9310f9597f36c26b734020

LONGUE-VUE

La fenêtre est là qui flotte toutes voiles dehors à dos de cheval

ça fait siffler mes reins après qu’il t’aient halée à la cale pour que je monte à ton bord

Les mouettes piquent, remontent, rasent et puis se posent

autour de l’accordéon de ta taille

Au hamac de tes seins balancé je survole les nuages

en jeu forain auto-tamponneur

l’anénomètre remonte le goût de vivre sans faire sonner la corne de brume. Ressort de lune à l’échelle de corde des marées. Nous abordons les EAUX-NEUVES, Ma comme le cap attendu.

Niala-Loisobleu –  13/10/19

SEL D’EAU DOUCE


38-1274-12.11.1960-macareux-1

SEL D’EAU DOUCE

Dans le noir où se montrent seuls les pas connus, le peu de jour qui lève est balancé au bout de la potence du cadran

Vent violent et tiède d’un orage venant de loin, mais encore décidé.

Le café chaud en frissonne dans la tasse. Quand il s’en est pris à tes cheveux j’ai senti ta peau nouer son bonnet à poil.

Quand je vais tondre le jardin de derrière je garderai la plus haute herbe dans son odeur intégrale. Les oiseaux dépêchés te la donneront à tremper comme du peint. Elle sentait fort la Charente quand je suis rentré, la moiteur de ce moment, la sort du lit. J’ai du rêver un départ en gabarre, quand j’ai ouvert l’oeil j’ai vu que j’étais amarré au coeur de l’estuaire.

Un bon Dimanche au bord de l’eau, Ma, ça dense joyeux comme un macareux déjà debout sur la pointe du rocher. Il se sent bien d’avoir posté son vol.

Niala-Loisobleu – 13/10/19