A L’INSTANT


49390d6ad913a986ce4df3a7a06e5a33

A L’INSTANT

Le melon est à sa place sur la perruque, pendant que les cheveux s’étirent entre les dents du peigne

Côté ciel, des yeux secs. Pas une larme n’a mouillé les dalles, la terrasse est bonnement sèche, à cet instant je me dis:

-Attelle-toi à la chèvre, c’est le bon moment pour aller vers le jardin tendre d’un lieu de pureté. Le bi-polaire est coincé dans sa névrose. Chouette la soie est à toucher l’arbre qui l’a faite.

J’emballe avec l’entrain du bovin qui a appris qu’un convoi de citerne se préparait à traverser le jardin. L’oiseau sur la hune guette la première fumée.

Je ne veux rencontrer devant les peintures de l’expo que des absences de personnes inopportunes. La Suissesse qui talonne, la maladie qui ponctionne telle une accusation, les imposteurs de tous bords, les qui minaudent, les chiens perdus, non rien que tout ce mensonge que j’abhorre, je ne referai pas le monde mais peux tenir ma porte fermée comme je trie debout le choix de ne ps céder

La Beauté ne s’explique pas elle s’impose.

Niala-Loisobleu – 9 Octobre 2019

 

 

 

3 réflexions sur “A L’INSTANT

Les commentaires sont fermés.