VERS L’ÎLE


ea85b01834848750284bbf51f93a8444

VERS L’ÎLE

Juste en m’aime tant qu’écrire la couleur d’aimer

tendreurs de peaux frottées d’aÏes sauvages et émincées de marguerite

nous allâmes en ce bord de mer étrange où on ne se noie que sur terre, pousser l’havenot  et tisser la voile os hisse et os, pavillon moire

Jusqu’à l’étoile du berger où demeure pour l’éternité ceux qui surent chanter l’amour à voix hôte

Niala-Loisobleu – 03/10/19

2 réflexions sur “VERS L’ÎLE

Les commentaires sont fermés.