FIN D’APRES-MIDI


f99b76859340dec2d36531e398681bc3

FIN D’APRES-MIDI

La couleur s’est assise au bord du pinceau, pas encore au terme du manche. Derrière le mouvement depuis la palette, un tube ou l’autre passe, avec la voix qui gratte d’un doigt-médiator. Le chiffon te tient en traînées , j’en cherche l’origine derrière le paravent du quai le cheval a dressé le temps du déchargement des étreintes. Un coup de vent plus fort a secoué la toile. Ton ventre ouvrant son ouïe à pris l’air au travers la fragrance des hautes-herbes. On se penchait par la serrure, j’ai enfoncé la clef dans l’oeil inquisiteur, puis j’ai mis les mouches dans la boîte à ouvrages. La musique en passant le seuil m’a paru plus vive. Comme si mes contrariétés étaient allées dans la corbeille. Il fallait bien que quelque chose remplace les billets que je n’avais pas froissés. Je t’ai promis de recommander alentours de se méfier de WordPress, ses offres alléchantes E.Commerce sont purement une escroquerie.

Niala-Loisobleu – 28/09/19

L’EPOQUE 2019/53: PASSAGE III


L’EPOQUE 2019/53: PASSAGE III

 

 

Voici « PASSAGE III » le cinquante-troisième de cette nouvelle Epoque 2019 avec BARBARA AUZOU

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires et vos likes.

Passage 3

L’EPOQUE 2019/53

« Passage 3 »
Niala
Acrylique sur/toile 61×46

 

On a frotté nos destins rigoureux

Sur les étagères du passé

Mené ce combat heureux

Et insensé contre la médiocrité

Nous n’en avions pas terminé

Du dialogue avec la clématite

A l’orée de ton corps je me suis déchaussé

Dans la satisfaction bleue d’un refuge

Et l’eau dénouée dans son affirmation

M’a bue dans un essaim de joie

Depuis l’or sombre de ta voix

A l’aube accordée comme un transfuge

Nous nous sommes trouvés quittes

Et plus rien n’exaspère nos pas

Nous avons conquis l’autre lenteur

Du monde et l’amour qu’on espère

A absorbé assez pour qu’on se fonde

Lavés enfin dans le matin des hommes

 

 

Barbara Auzou.