L’EPOQUE 2019/50: LES TERRIERS IV


Voici « LES TERRIERS IV » le cinquantième de cette nouvelle Epoque 2019 avec BARBARA AUZOU.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires et vos likes.

Les terriers 4

L’EPOQUE 2019/50
« Les Terriers 4 »
Niala
Acrylique s/toile 50×50

J’ai tourné mon regard

Sur la roue le pétale

Pourpre frotté au vent

Qui s’étonnait qu’une goutte d’eau

Fasse tout le ciel.

J’étais en retard sur l’éternel.

 

Je suis entré pieds nus

J’ai murmuré le nom des plantes

Et celui des oiseaux

Pour mieux te connaître

Ô ma changeante

 Ma paradoxale

À la fenêtre d’un sommeil ailé.

 

Et j’ai tout vu.

Et je t’ai dit à voix basse

Qu’il faisait beau aux veines de la terre

Têtue qui nous effleure.

Comme le vent secouait l’étoile légère

Qui enfanterait à nouveau

Plus loin que demain.

 

Éperdu au matin j’ai écouté

L’oracle des puits et celui des fleurs:

Ce que je t’ai donné m’a appris

Qui je suis.

 

 

Barbara Auzou.

RECHERCHE


9f08cf42b62d5a35a459cdf16128616f

RECHERCHE

 

Demander à la peinture d’aller chercher un peu du plus qui d’un ricoche

saisir l’écho avant qu’il ne rebondisse pour s’y asseoir

 

J’entends les marguerites travailler aux ateliers de la prochaine saison

comme l’ouverture du bois qui fend sans la présence castratrice de la hache

 

Dans un instant je coudrais la mobilité du vent  à l’inertie du paravent

voleur de l’odeur de savon mise en massage sur ton corps libre de son miroir

 

Niala-Loisobleu – 18/09/19

SOUS TAIRE


 

3b2bb1829964846ce5de1e976b6fa7fe (1)

SOUS TAIRE

 

Je t’ai mise dans le carré des voies célestes, un vieux truc de tresseur de corde, pour les vocales. Je t’accorde qu’il a fallut que je plonge pour réparer à la main  celle qu’était toux coincée. Dis-dont c’est fantastique l’endroit de ta gorge le plus profond , y a du Verdon. C’est si profond que même en levant la tête on atteint pas le sommet des deux rives. Et l’écho que ça fait dans la transparence de l’eau. J’aime le mystère qui s’en dégage, cette faille dans l’os terrestre, je n’imaginais pas tout ce qu’elle pouvait avoir de ton intime histoire, l’endroit où tu gardes l’encre est saisissant, une grande cave percée où la lumière solaire descend. Ce voyage dans ta grotte, Ma, m’a rappelé quelque chose en tous points impressionnant

 

Niala-Loisobleu – 18/09/19

A QUAI


0a6424e79d42d601b88de010be8aadc0

A QUAI

Juste le temps d’arrêter le train-train matinal pour rester en dehors

Me serrer plus fort à la vibration qui nous traverse en bruit de train qui roule

Ecoper le sel

Chevaucher ce vent tiède

Embrasser l’inclinaison de l’herbe

Compter  les dents de la feuille du pissenlit

Fleurir le faîte de ta charpente en gai compagnon

Oui garder cette différence qui me laisse incompris de mes congénères

Mon langage à répondre  à tes attentes à mettre en marche à toute vapeur

Niala-Loisobleu – 18/09/19