CHACUN POUR SOIE


a27c2dd9c68362fa05498f5ef7a3e108

CHACUN POUR SOIE

Sorti de la voie professorale d’une académie

me voici enroulant la vague autour de tes hanches, la montagne qui se trempe les pieds dans l’écume n’arrête rien de ma pensée en boucle, des gitans ont allumé un feu autour de la halte, les chiens se sentent comme des chaleurs animales attelées au traîneau d’une course transibérienne laissant libre-cours à l’imaginaire

quand au tamisé de la lampe je vois ta main écrire sur mes couleurs

le lin envahit ton chant de sons bleus

sans que les parents puissent ôter le droit de rester enfant pour voler une vie durant hors des cages en faux-bois des zones d’élevage.

Niala-Loisobleu – 10/09/19

MAUVAIS ALOI


 

 

7383307_146jpg

MAUVAIS ALOI

 

Là maintenant, comme une chose normale, il fait chaud alors qu’il y a 1/4 d’heure j’avais froid. Je m’y reconnu, mais il me fallut soulever la branche morte dont on avait habillé le chemin de  mon départ vers toi. Le dos peut faire mal d’yeux qui brûlent.

Les faussaires s’en prendraient-ils au tant ?

 

Niala-Loisobleu – 10/09/19

 

 

ENTRE MAIS


d0b52ac15505d61a44fb02c27544276a

 

ENTRE MAIS

 

Le vieux livre d’un reportage est au bord du placard à valises, la boîte à chaussures de ses photos dedans

La fraîcheur du teint reçu ce matin au travers de la monture de tes lunettes j’en fais le guide de mon voyage

Pas de plage de sable blanc, les galets font mieux qu’émeri pour ébarber les bavures de fonderie laissées par le moule d’une vie où le calice porte un masque

Je te serre si fort que l’odeur veut sortir en soupir du klister de bas de gondole

Ces immeubles flottants qui entrent à Venise cachent la lagune, à filer le vertige au carnaval

Chante moi au sol et mis haut jusqu’aux prunelles le noir restera au chien

alors j’aboierai à te griffer au sein de l’avalé

 

Niala-Loisobleu – 10/09/19