CORPS SOUS LA PEAU, CORSAIRE


7333729_bras1

CORPS SOUS LA PEAU, CORSAIRE

Jette les boules de vêtements

(vêtements de
Victor ou d’Arthur)

dans l’eau de pluie, lave

le corps d’un voleur endormi.

La peau sans géographie,

peau pâle, papier sans âme,

peau d’ange sans regard.

Cheminement lent des billes

sur le tambour tendu du cœur.

L’Angine et l’Aéroplane

unissaient leurs destins.

J’étais fille, je touchais

la vie d’un garçon bleu

sous l’abîme et le col.

Jeunesse, passe muscade.

Monsieur, vous n’y arriverez pas,

je suis trop jeune;

il faisait le mort, je posais

mes lèvres, mes rêves

sous sa peau immense,

et la salive du lilas

enrobait nos tumultes,

nos luttes lacérées,

le gel soudain de nos cris.

Me dit-il.
Me murmure-t-elle…
Lilas pointus sous les ponts en chemise.
Chêne vierge sous l’eau de
Meuse.
Et nous bénissions de nos mains nues les sorciers en capuchon, qui geignent, peignent les trottoirs, déchirent les joues des petites filles légères.
Où souffle un feu noir, caresse les grands rats amis, les longs crocodiles de menthe, et tous les véhicules ensablés, les totems anciens qui craquent.

Chambre du conseil: les oiseaux y cherchent le grain, l’eau vive et le sommeil. Étudie leur savoir, leur plumage.
Arrache un seul miroir; la foudre, alors, avec ses chapelets de buis secs, ses couteaux, écartèle un pantin de pleine terre.
La chambre est un grenier de cerises, où l’on fauche à grands coups le sommeil des renards.

Herbes.
Irène.
Spa.
Ciguë.
Et que siffle un sifflement d’eau lisse à l’assaut des talus, des monticules.
Herbes à satiété pour cacher les sosies des voleurs de grands doigts.
Les bouleaux enfarinés ont le cœur très tendre.
La mort meurt toujours.

La langue allonge.
Ou bascule dans les mots.
Aplomb bleu des sarcelles.
Longe le bras très long d’un géant mangeur d’herbes.
Imite aussi le franc parler des oiseaux, des mille oiseaux que l’aube délivre.

Le petit pouce accueille l’empreinte, l’onguent bleu.
La faux coupe l’herbe et le gaucher connaît l’inverse, la récidive, le clos de l’œil qui fixe l’autre moitié du corps.

Vélo rêvé des rouilles, feu troué des manœuvres.
Je visite le dé menu des dents et des phalanges, rompant le corps, l’arbre.
Et la main sur la main cache le pesant lingot, la rivière pétrifiée.

Château d’haleine posé sur le sein d’une fille très belle.
Les joues.
Les jambes.
Tout le corps glisse dans l’arbre creux.
Mais le fourreau serre la langue du bouffon noir.

Que celui qui m’épie

demeure dans le puits

sous la maison creuse !

Peut-il toucher le gel

couvrant le corps entier?

Je l’aime comme on aime

un jardin foudroyé.

Chargement de sabots et d’épées,

cri sourd des cagoules…

Le lierre quitte

les maisons qui s’écroulent

et cherche le cœur secret

de la ville qu’on détruit.

Me touche la voix basse

du gel et de l’absence.

Et je serre contre moi

l’anneau de cheval bleu.

Erre d’île en île.
Toutes les rues du citron, la fraîcheur les capture.
Le voleur volé marche à pas légers de thé.
Nous feuilletons l’album des pâles photos d’antan.
Nous avons cent ans.

Jette un arbre entier dans le puits sec et vide.
Tu verras cent oiseaux faire boule de bleu dans la chambre immobile…
Passe ton chemin, vendeur de clous et de pals !

Écriture en bombance, en folie.
Petits mots battus, penauds.
Petits cris, petits murmures.
Le fil de l’encre éclaire le parloir des paroles.
Et siffle, salive !
Un paquebot échoue dans le juillet des jardins.

Et fourbe avec la poix que l’horloge encense.
Pieux dès le matin quand le linge amoncelle nos rêves hissés très blancs jusqu’au sommet du corps.
Me voici comme obscur avec les taches d’encre d’un sommeil très profond.

Dix mille muscles.
Et l’eau jaillit.
Mémoire s’effondre.
On ne sait dire le sang qui file.
Salive et suc sont belles caresses.
Mais cent mille nerfs lacèrent la peau.

Petit amandier des lèvres, demeure dans mon haleine, donne à chacun de mes mots l’amer désir de mort.
Celui qui court sans rêve touche le cœur des oiseaux, le vent, l’amandier, l’embellie

Œufs hôtes, œufs très ronds, vivez en moi longtemps.
Nous amputons la rivière de son flux le plus dur.
Dans l’herbe très lisse naît le membre immédiat.

 

Jacques Izoard

ENTRE LEURS DRAPS BLANCS 4


6nja1oaoew-0

ENTRE LEURS DRAPS BLANCS 4

 

Le soir montre ses épaules nues, les deux bretelles causant comme du minerai s’apprêtant à quitter sa gangue

sur fond rouge

Les murs du clos courent comme des lucioles

le papier-peint lui conte à voix-haute les idées les plus folles de fantasmes tombés en pétales

un peu

beaucoup

passionnément

à la folie

Pas du tout dérangé

Un sang attendu monte au pouls.

 

Niala-Loisobleu – 07/09/19

L’EPOQUE 2019/46 « LES VILLAGES BLANCS IV »


Voici « LES VILLAGES BLANCS IV » le quarante-sixième de cette nouvelle Epoque 2019 avec BARBARA AUZOU.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires et vos like. 

les villages blancs 4

L’EPOQUE 2019/46

« Les Villages Blancs 4 »
Niala
Acrylique s/toile 65×54

 

Il faudra bien encore

Que je te peigne les couleurs

À te rejoindre dans les yeux

Par beau temps et l’enfant

Trop conscient du complot

Les lézards sur les murs

Qui font des ombres démesurées

L’indifférence sur les cœurs et sur les corps

Et puis la chaux posée sur les nuits rudes

Les oiseaux placides nés de mes oiseaux foudroyés

Mes pensées amères emportées à grands coups d’ailes

Vers des villages blancs et nus.

 

Ô ma lucide

Sans détour je te dénude

De tous tes âges

Le pinceau dans la peinture

Tu ne seras pas de celles qui s’habituent

Et déjà tu as moins peur

De ce qui, interdit d’amour,

N’en s’aime que davantage.

 

 

Barbara Auzou