FIL MUET – ALICE RIVAZ


11460340

FIL MUET – ALICE RIVAZ

Du visage qui soudain parle

un portrait clair comme l’eau vue au travers

coule seul et entouré

Prenant comme le non-dit

le vrai renvoi du miroir

grave

tendre

une chair de poule au fil des pages

comme un Amadéo Modigliani retourné dans son rouge

J’en garde une couleur d’oreilles

émouvante

qui colle au coeur

rare

à ne pouvoir dire…

Niala-Loisobleu – 5 Septembre 2019

ENTRE LEURS DRAPS BLANCS 2


6nja1oaoew-0

ENTRE LEURS DRAPS BLANCS 2

 

Le chant d’un filet d’eau, une senteur de peint, la caresse du poil, la sollicitude de la langue, le frôlement du genou, l’ouÏe allant au nom de chaque chose, le caniveau blanc des rues noires, la chandelle du pouls qui résiste, cet instant qu’on prolonge après l’heure, le mot juste, son silence, le cri lancé dans l’isoloir, la marguerite intarissable le bleu en suffisance, les murs percés de tableaux, la fin de l’absence

Niala-Loisobleu – 05/09/19

SUR LA TABLE 2


d019c9d4eec96cbac60756c017e48e89

SUR LA TABLE 2

 

Il y a les fruits de l’arbre

des rondeurs de tuile

le mouvement du rideau matinal

des fleurs fraîches prises dans le potager

les flacons des odeurs prises au déroulement des heures

et puis le lieu de notre maison lacustre

perché tout en haut d’un arbre flottant

rappelle-toi le lac Inlé

l’idée du plan est venue de lui

comme la blancheur des murs a trouvé dans les ibis du Mékong matière à suivre

Marguerite

J’aime cette virginité poursuivie en matière de concept

nous en arrivons à marcher sur l’eau en étant mécréants

portant le sacré pour tout vêtement

tes mots et ma peinture dépouillés d’emphase un peu comme on apprend avec des bâtons à trouver la clef.

 

Niala-Loisobleu – 5 Septembre 2019