50 DE FIEVRE


dfc89fc008c8fd341704d75b126f0c3f

50 DE FIEVRE

 

Carré

comme je suis

il était milieu d’un faune

en plein après-midi

Les cuivres sans embouchure volée à l’estuaire grimpaient

pour voir le fleuve d’en haut du mont

Au point d’orgue quand les anges sont censés choisir un genre j’ai vu plus d’un soupir prendre le pont, les pigeons debout restaient pétrifiés, St-Marc coupait ses spots publicitaires tout était propre. Le vaporetto hâletant poussait de la gaffe sans prendre les voiles

Le Cinquante en route

comme pas une ombre au soleil rayonne de jouissance

Encouragé par le chien sur la palette un billet pour une personne retenait sa place

Le terrier dresse ses maisons sur un monticule printanier posé dans l’ocre rouge d’une terre ouverte. Sur le banc l’innocence introduit son regard loin des cordes de pendus, un rire à sauter mis aux ailes du premier vol.

 

 

Niala-Loisobleu – 02/09/19

2 réflexions sur “50 DE FIEVRE

  1. Alors je vais tourner autour du pot au lait pour ne pas te dire comme ton texte est beau et a le débit de l’O…
    50 de fièvre c’est tant que le soc n’a plus qu à caresser la terre, le travail est déjà en route, là, Mon…Heureusement on a des yeux à voir que ce qu’on croit tous les deux et le visage de l’amour et de la perseverance…
    Toi tu mouillas un jour tes pieds là où le bleu prend sa source….

    Aimé par 1 personne

  2. Il suffit d’un tout que seul le rien connaît pour que l’assombri s’éclaire
    Les enfants savent ça tous seuls
    Nos yeux traversent la retenue rigide dogmatique qui pourtant ne les épargne en rien
    Voir comme sentir et toucher
    Réussir le seul rêve qui coule comme notre sang bat
    Oui ça source du bleu, Ma…
    El

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.