50 DE FIEVRE


dfc89fc008c8fd341704d75b126f0c3f

50 DE FIEVRE

 

Carré

comme je suis

il était milieu d’un faune

en plein après-midi

Les cuivres sans embouchure volée à l’estuaire grimpaient

pour voir le fleuve d’en haut du mont

Au point d’orgue quand les anges sont censés choisir un genre j’ai vu plus d’un soupir prendre le pont, les pigeons debout restaient pétrifiés, St-Marc coupait ses spots publicitaires tout était propre. Le vaporetto hâletant poussait de la gaffe sans prendre les voiles

Le Cinquante en route

comme pas une ombre au soleil rayonne de jouissance

Encouragé par le chien sur la palette un billet pour une personne retenait sa place

Le terrier dresse ses maisons sur un monticule printanier posé dans l’ocre rouge d’une terre ouverte. Sur le banc l’innocence introduit son regard loin des cordes de pendus, un rire à sauter mis aux ailes du premier vol.

 

 

Niala-Loisobleu – 02/09/19

ENTRE VRAI ET FAUX


7054f455079843885f2cce1eb5733e45

ENTRE VRAI ET FAUX

 

Courant l’escalier aux rampes des chemins de nulle part et la plume en épi, on passe par des tunnels au moment où la voie longeait la plage. Je descends au marche-pied calé dans ton entrejambes à la racine pileuse pour ne plus déraper du lit quand il faut rejoindre la norme habitable

le feu qui traverse nos forêts est isocèle

le fil de ta langue en brode des tapisseries

épopée frénétique d’une colchique de pré

tes monts où mes mers veillent s’écument d’eux-mêmes du poireau

Alors arrive le gué qui traverse à coups de ricochets

branchés sur l’écho d’un seul cri

je rêve de chairs joufflues à l’odeur particulière de bébé qui salive en faisant tourner la toupie de ses yeux

Areu areu sur le nombril de l’intemporel qu’on noue pour la mémoire

Ce train à la voie de ténor n’a pas le sexe plus démesuré qu’un autre, écoutons-le comme il est et non comme une légende fabriquée de toute pièce par des marchands de plaisir, je garde notre petite voix pour le râle en commun à l’abri des chapiteaux ambulants.

Niala-Loisobleu – 02/09/19

7H41


A2-Niala 236

7H41

 

Sur le sol contre le mur les toiles s’appuient en attendant que celle qui sera choisie aille s’asseoir sur le chevalet, quand aux pinceaux ils poussent un peu plus loin le repos, ne me demandez pas quel est le tube du jour, ici pas de hit. L’Atelier, péniche, trois-mâts ou annexe est un simple bateau à quai qui m’a souri lorsque j’ai traversé le pont pour ouvrir les volets. La fraîcheur après ces jours d’étuve m’a saisi. Une histoire a déjà le doigt dans l’encrier pour prendre le vent. Surtout ne bouge pas, Ma, elles te regardent toutes depuis leur clou dans les murs. Sois sûre que c’est la ballade dépendue.

Niala-Loisobleu – 02/09/19