L’EPOQUE 2019/44 – « LES TERRIERS I »


Voici « LES TERRIERS I » le quarante-quatrième de cette nouvelle Epoque 2019 avec BARBARA AUZOU.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires et vos like. 

les terriers 1

L’EPOQUE 2019/44

« Les Terriers 1 »

Niala
Acrylique s/toile 61×46

 

 

C’est

Contre la violence native

Et avec un peu de vent favorable

Que nous bâtissons sur la réplique douce du frisson

La maison définitive la tendre trêve

Et c’est notre territoire ton ardeur

Ce silence qui creuse des lits jusqu’au cœur

La lumière pour le soir la fraîcheur pour l’été

Franches comme une trouée au gîte animal du rêve.

Sur le sang des choses veille l’ombre stable

Et tutélaire des peupliers. L’amour clair comme l’étoile du matin

À dos de lièvre bat la vallée. Blancs les cailloux du jardin

Se sont ouverts pour devenir pierres et puis hiboux

Et les fruits osent pousser la porte ; vois comme ils se balancent

Au verre de l’intégrité première. Nous leur laisserons

L’insaisissable et leur part de secret tout enveloppés

Que nous serons par la chaude émotion de la terre

Où fume notre présence debout.

 

Barbara Auzou.

REALITE DOMINICALE


876d8b757948c06fe4d45e38b405de7f

REALITE DOMINICALE

 

De l’autre côté la mer garde dos tourné. Les mouches sont rentrées jusqu’à l’année prochaine. Un vieux couple se promène au bord les yeux dans le reste d’empreintes de quelque amour d’été. Ils relèvent la tête, se sourient, de sa main qui serre un peu plus fort la sienne, il lui dit:

-Mettons-nous nus, s’ils restent des enfants au moins on leur montrera que tout ne fout pas le camp et que l’esprit premier d’un château c’est une construction de rêve que la mer avale pour pas qu’il soit volé…

Niala-Loisobleu – 01/09/19

PREMIERES GOUTTES


le-jardin-sous-la-pluie1

PREMIERES GOUTTES

 

En renversant ses seins dans la cuvette, le jour fit toilette de fraîcheur

M’osant plus avant par nature

j’ouvris la pelouse

ah le foin remué par l’averse se lâchait comme un jeune chien qu’on désenferme

Trempant le doigt dans cette manne noyée dans sa lumière tamisée

je signais le tableau de mon présent désir agréé.

 

Niala-Loisobleu – 01/09/19

DIMANCHE AVANT QUE


1a2c8de47a079991ebeda6aaf40bab69

DIMANCHE AVANT QUE

 

Tu as donné vie à mon oeil, un réveil voyageur qui dans une fraîcheur hospitalière m’a fait savourer  l’atmosphère. C’est encore l’heure où l’on peut sortir dans la rue pour regarder et entendre les vers d’un poète persécuté par un régime politique. L’entendre  dire l’amour avec la force d’un lance-pierre à feu pour la cigarette du condamné. La douleur silencieuse peut-être comme deux lèvres que le chirurgien n’arrive pas à suturer, elles coulent à sang sur un ciel et une mer dramatiquement bleus pour la blancheur des maisons perchées. La liberté de pouvoir aimer, tu sais de quoi je parle alors que les chemins s’encombrent. La table à repasser les tenues d’école prend bien de la place dans ce dernier jour avant la rentrée. Je fais les yeux fermés, ainsi je suis seul à pouvoir choisir ce qu’il me manque de voir. L’odeur arrive tout de suite après. l’ai le nez dans la cage d’escalier.

Niala-Loisobleu – 1er Septembre 2019