ENCORE LA LANTERNE


 

menschen-in-trummen.jpg!Large

ENCORE LA LANTERNE

 

La lanterne courant toute seule  s’est mise à dépasser le train au point qu’en passant dans les gares je ne m’arrêtais pas. Je finis donc en direct au bout. Au bout de quoi entends-je une voie déférée par je ne sais quel tribunal s’oser  Seule sur le quai on peut pas dire qu’elle était fringante, elle avait en plus un air coulant qui mit mes instincts en garde. C’est alors que la lanterne braquant ses yeux sur le panneau disant le nom de la gare me permit de lire « CAMEMBERT ».

-Me voici donc en Normandie dis-je à un lampiste qui venait de sortir de la billetterie,

-Et oui mon bon, avec les vaches, me rétorqua-t-il.

J’en repérai une toute blanche aux gros pis, ouah et ne pus-je me retenir avec cette fébrilité dans les doigts qui m’est particulière.

-C’est bien, je reste. En plus il y a la mer, ça me botte, j’ai assez de papier pour me faire un bateau.

-Vous avez retenu me demande le lampiste.

-Non, pourquoi fais-je, surpris, faut retenir ? Je vais pas à l’autel, suis pas croyant.

-Ah bon c’est chez l’habitant alors ?

Voyant qu’il devenait trop curieux pour mon goût de la discrétion, sans lui répondre je le poussais dans la première poubelle, la vache blanche me fit signe de la suivre, nous partîmes vers la vallée.

Niala-Loisobleu – 28 Août 2019

LA LANTERNE


36_17

LA LANTERNE

 

Ce train m’échappe dans les chaleurs d’une nuit de fin Août, la grosse lanterne fait son oeil de boeuf , on dirait une lumière dans le toit. Elle me rattrape, joue, je me dis ça doit -être chat. Autout c’est tout rond, l’herbe est si haute que le ballast n’écorche pas mes chairs. Je dors où je peins, une seule chose est sûre, je rêve.. Donc en fait je suis…

Le 48 marque l’Epoque

Il mute de Villages blancs à Transe-Migration

Je surveille le débordement de chaleur pour remonter en train vers 17 h.

 

Niala-Loisobleu – 28 Août 2019

 

L’EPOQUE 2019/42 – « TRANSE-MIGRATION III »


 

L’EPOQUE 2019/42 – « TRANSE-MIGRATION III »

 

Voici « TRANSE-MIGRATION III le quarante-deuxième de cette nouvelle Epoque 2019 avec BARBARA AUZOU.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires et vos like.

transe migration 3

L’EPOQUE 2019/42

« TRANSE-MIGRATION 3 »
Niala
Acrylique s/toile 73×60

 

Pour connaître avec vous la plainte agile des oiseaux

J’ai poli les contours apaisants d’une terre facile

Qui offrait sa chair heureuse à l’abandon.

Et les nuages passaient rapides au-dessus de la maison.

Mes fées en sabots c’est par deux fois que je vous rejoins:

Et par l’enfant aux doigts démesurés et par l’adulte tendre

Tout ému d’être soi -même, coeur vivant battant

Par-dessus le bleu où commence toute entreprise d’édifier.

Je fais tourner un carrousel d’étoiles dans le potager

Et je ris du vent qui dénoue vos rousses tresses

Erigeant des fleurs et des lucioles comme des antennes

A vos profils. Au soir la musique devient femme

Au seuil debout ton regard me sourit avec adresse

Et je caresse ton ventre de chaude franchise

Si peu farouche au lit de notre mode ancienne.

 

Barbara Auzou.