UN HOMME VIENT D’ENTRER…


man-with-leg-up

UN HOMME VIENT D’ENTRER…

Paris

Mil neuf sans soixante douze 937 après J.-C.

Un homme vient d’entrer sans frapper, sans se frapper, dans sa soixante-dixième année.

– Bonjour 1

– Quel temps fait-il?

– Il fait vite, mais si le cœur vous en dit il peut revenir sur ses pas. le temps, les années sont dedans mais ailleurs en même temps.

l’homme qui vient d’entrer et qui retrouve des amis a le sourire aux lèvres, ses amis ont le même, celui de l’amitié.

Pas l’amitié « virile » des camps et des casernes, la nostalgique fraternité des héros épargnés par la der des ders.

Non, l’amitié comme l’amour, la chance, le vin, la mer ou le travail heureux, accepté, partagé.

Et l’homme, Steph Simon, c’est son nom, a mis cartes sur table, cartes du tendre où les coups durs sont à demi effacés, cartes marines de son quartier.

Et il fait le point.

Phares de Saint Germain de Flore ou de Saint Tropez des Prés. Quais des cinq Pères, des Quatre mers et petit Havre des Six-Eaux.

Sur les berges du boulevard saint Parking l’ombre des arbres condamnés, exécutés, sans le moindre petit tocsin pour annoncer le massacre, caresse encore la mémoire des
passants qui savaient, qui pouvaient passer, mais la rue de Rennes est en rade depuis qu’on a chassé le Dragon de sa cour et madame la Gare de l’Ouest, chaque jour, monte à sa
tour.

Pour voir venir.

Venir quoi? Les regrets du passé, les espoirs de demain passent dans le même broyeur de ferrailles et de fleurs, de beautés et d’horreurs. Aujourd’hui la vie est ainsi faite,
à ce qu’il paraît, disparaît, reparaît mais toujours elle est aussi fête et il convient de la souhaiter.

70 années et celui qui est fêté quand on lui parle du « troisième âge » ce new-look de la longévité, le fou rire le prend et le garde un bon petit
bout de temps. Il sait bien qu’il n’y a pas tellement loin.du Siècle des lumières à celui du néon et très loin est si près et aussitôt si tard qu’il n’est pas
plus facile de garder ses distances que de garder son sérieux.

Autant chercher le quart d’heure de Rabelais dans les vingt-quatre heures du Mans ou dans le septième discours sur la Méthode la quatrième dimension de la quadrature du cercle de
la cinquième roue du carrosse du Saint-Sacrement.

Chacun navigue à sa manière, lui sur son Bourru III d’autres sur leur sous-marin nucléaire.

Sa manière est la bonne et beaucoup la préfèrent.

 

Jacques Prévert

L’EPOQUE 2019/39 – « LES JARDINS INTÉRIEURS II »


L’EPOQUE 2019/39 – « LES JARDINS INTÉRIEURS II »

 

Voici « LES JARDINS INTERIEURS II » le trente-neuvième de cette nouvelle Epoque 2019 avec Barbara Auzou.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires et vos like.

les jardins interieurs 2

L’EPOQUE 2019/39
« LES JARDINS INTERIEURS 2 »
NIALA
Acrylique s/.toile 61×46

 

Il est pour nous c’est merveilleux

Ce dernier abri pour le corps.Il prolonge le pouls

Et le soir de nos navires rentre au port

Par la rue lente d’un blanc village.

Il faut dire que nous n’étions pas venus les mains vides.

J’avais posé sur ta poitrine le poing bleu

De tous les nuages.

Sur l’ombre satisfaite et livide qui faisait suite à nos soleils

Tu étendais notre linge intime.

Ô la bonne idée d’avoir laissé  pousser nos yeux

Sur la treille assidue et l’innocence du rameau!

Admirablement vaines les pierres au soir se teintent d’orange.

Rentrons, il se fait tard.

Nous avons noué assez de fagots de ce peu de mots

Qui fait l’énigme première

Et demain est voué à l’esquisse.

Il se peut qu’au calice du matin la liberté nous venge.

Viens,

 

Nous avons une grande affaire à ne pas décevoir.

 

 

Barbara Auzou.