ESPERONS


34

 

ESPERONS

 

L’escalier de la chambre d’hôte descend  les cartes postales gardées pour soi

le port relâche, la navigation reprend la route du retour

Hier en m’endormant avec du mal mon ventre

au large voulait rester à pêcher une traversée sans feu rouge

et sans filet

ce saut en quadruple périlleux où sans les mains tu meurs

me tient en corps parvenu au matin

Fasse que le ciel arrose les lieux secs

pour rendre justice à sa menthe, au jardin et à l’arbre à soie

Quelques tomates au détenu pour sa levée d’écrou de prison pour la jet-set canine lui battrait l’aqueux en moulinets

Espérons, espérons

Histoire de dire la vraie vie n’existe que là où on se sang complètement chez soi.

 

Niala-Loisobleu – 17 Août 2019

 

 

11 réflexions sur “ESPERONS

Les commentaires sont fermés.