Louvigné-du-désert 


157419

Louvigné-du-désert 

 

Louvigné-du-Désert arrêtons-nous nous irons boire
Dans un petit café ouvert aux premiers froids de la
mémoire
Aux amis évanouis, déjà perdus parmi les ombres
A ceux que j’aimais tant je crois et que j’ai oubliésJ’inviterai quelques poètes pour faire un bel enterrement
Quelques octosyllabes et je suis seul pour arroser
l’événement
Nous nous raconterons l’histoire en parlant un peu
lentement
Du temps qui s’en va de l’oubli qui devant nous fait la
musique

Et puis nous nous contenterons de peu de choses : un peu de
vin
Un mot qui frôle l’herbe du soleil et c’est en vain
Je n’ai d’amis que les poètes et je m’en reviendrai chez
moi par les chemins
Comme une cigarette éteinte rallumée et qui s’éteint

Jacques Bertin

Paule du Bouchet :  » Ecrire, c’était trouver mon père en moi »


Paule du Bouchet :  » Ecrire, c’était trouver mon père en moi »

ASSOMPTION DE L’EVE RESTEE


028adb286bd819f80490978457460054

ASSOMPTION DE L’EVE RESTEE

 

Magie de Brocéliande, Merlin c’est le roi du miracle

J’étais à m’engager dans le bois, certain que les embuscades sont plus dans les forêts d’Île-de-France qu’en terre BZH quand je me retrouvai à la mer, à quai de Faite à Marie

Une offrande

Au vu des couronnes mises à bord pour les jeter aux péris en mer

je me dis je vais chercher de la marguerite, c’est plus frais de ma pensée qu’un attrape-mouche ou un incontournable devoir de piété

J’en trouvais sur l’Île aux Oiseaux, plus que j’aurais pu en cueillir

Chargeant la barque et revenant à la côte j’en couvris  les balises de sa poitrine en lui disant on va fêter ça dans un petit bouchon tranquille de l’estuaire

Endroit simple pas étoilé au Michelin

Une chapelle de gamins pas sortables mais ne rameutant pas le touriste comme à Lourdes un 15 Août, cet autel sans sacrifice où qu’on se dit oui tout nu sans l’accent libidineux d’une réclame pour nuit de noce.

 

Niala-Loisobleu – 15 Août 2019

PATIENCE


63efeb9c41cc00e4eb93ad0311d682b4

PATIENCE

 

L’ornière allait s’effaçant et le chemin montait : tout ce dont je me souviens de l’enfance. Je vivais sans être né. Le sang clair qui s’égoutte à présent sur le tambour n’était pas encore a l’ouvrage. Mais le chemin montait. Des brumes de chaleur comblèrent l’abîme adolescent. J’appris que le simulacre du crime est deux fois meurtrier. Au tremblement de la rose et du fer, à I étincelle de la forge, tandis que ma fureur et mon dénuement luttaient et s’anéantissaient devant la force de l’unique amour, je naissais… Le rocher, où finit la route et où commence le voyage, devint ce dieu abrupt et fendu auquel se mesure le souffle. C’est le même torrent qui commande, mais il est écouté cette fois par un peuple d’abeilles noires.

Jacques Dupin