PASSAGE  PRIVE


98698

 

PASSAGE  PRIVE

 

Le chien ?

La porte un instant s’est entrouverte

sur la chaise le dossier a frissonné

un murmure de corps entre

sans écrire autre chose que ce mouvement de bassin propre au radoub

J’ai  la chemise traversière

flûte

que pouvais-je faire d’autre

ondulante hanche

l’odeur est restée accrochée

longtemps

après que la porte se soit refermée

 

Niala-Loisobleu – 6 Août 2019

 

 

SUR LA TABLE


d9664b62d7eb895cae3a5dd882d2a74d

SUR LA TABLE

 

Les fleurs de sa natte trempent dans la tasse, l’assiette regarde la coupe de fruits

un tableau de Cézanne se lève

Quand la montagne Ste-Victoire reprendra la ouate des nuages, nous entrerons au verger de la vallée. Une pointe d’ail dans l’accent, un couteau à peint, le balancement du ressac et du poil au né chacun.

La grappe, la paume et la figue.

 

Niala-Loisobleu – 6 Août 2019

L’EPOQUE 2019/37 – « LA RACINE DES PIERRES »


L’EPOQUE 2019/37 – « LA RACINE DES PIERRES »

 

Voici « LA RACINE DES PIERRES » le trente-septième de cette nouvelle Epoque 2019 avec Barbara Auzou.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires et vos like. 

La racine des pierres

L’EPOQUE 2019/37

« LA RACINE DES PIERRES »
NIALA
Acrylique s/toile 61×50

Je t’aime comme on habite une maison

Bâtie sur le recul du sens

Avec les muscles avec les tendons

Et ce regard meublé au bois du silence

Qui s’invite dans la pensée nouée de l’intervalle

 

Je ne t’aime pas contre le monde

-On n’aime jamais contre le monde

 C’est dans son autre lenteur que je t’installe

à l’étoffe d’une émotion qui met le sein sur le coeur

Et la douceur dans les frondaisons

Qui te devinent

Et qui te touchent

 

Nous avons assez de soleil dans le sang

Pour assurer la course des racines

Caresser la peau des yeux à l’angle

De la complémentarité

Et puis le duvet des saisons

Allons graver l’instant dans la pierre

Et la pierre dans le temps

Que cette immédiate éternité à nos bouches

Idéales

Abattent les cloisons 

et l’excuse de l’érosion

 

 

 

Barbara Auzou