AQUA BON


aeb922e4c1d9178f7011e3edec1fe3b6

AQUA BON

Comme de marbre son sein n’est pas, demandez au chien. Les façades s’embrassent au ras du zinc et de l’ardoise. Entre les cordes à linge et le vent un accord est passé pour rivière et lavoir mais toujours de la brouette à l’étendue des prés. La croupe des chevaux que la queue frange parfois jusqu’à taire, tangue comme chaloupe à dessein un samedi rue de Lappes. La Bastille est pas loin. Trempe ton pinceau au petits pots des pins, où il y a de la gemme il y a du plaisir. Toute odeur des sens me convient surtout quand dans l’atelier tu te poses. J’ai vu rose, de ce brun que l’araire fend. La vigne monte en tanin au pied des chênes cerclée comme une douelle. L’estive de saison ouvre les draps de la chambre, l’andouillette où la gambas à la plancha, du Tavel au bout de la ficelle trempant dans le courant de la rivière et du tambourin pour le pouls quand les valses viennent. Ne cherche plus l’escalier nous voici arrivés presque en haut. J’ai rentré le vélo en travers du bruit des voitures.

Niala-Loisobleu – 1er Août 2019