SOIS TRANQUILLE


58600038325__9296D8D4-9CF9-437B-94A2-23AA02EA8025

SOIS TRANQUILLE

 

Faire pleurer la mer de soleil malmené chavire mon esquif

Ce que je ne serai pas tiendra au refus de reconnaître ces naufrageurs

Le malheur multiforme est toujours à cligner de l’oeil

Vieille carpette ouste de notre pied je ne m’essuierai pas à ton poil usé

Besoin de rire dru comme pisse l’heureux imbécile

C’est pas de ma faute de vouloir aimer j’en suis totalement responsable

Au nom de Jordi, du mari, père de la fille et du fils de Montserrat défunte que les cordes se délient et vivent la joie

Niala-Loisobleu – 29/07/19

 

A L’ENCRE


IMG_3758

A L’ENCRE

Traversé par l’image rapprochée

le vent marin joue aux cuisses de la plage écartée

Le poids de la mesure passe au travers des palisses

reste aux oyats de tenter retenir

Quand la table s’est insérée dans le corsage de la vallée

ce  fût pire que derrière le retour de pêche

les mouettes en cortège

tenaient la traîne

comme un cerf-volant que des enfants en monôme tenaient en criant

Vive la mariée  !

Niala-Loisobleu – 29 Juillet 2019

L’EPOQUE 2019/35 – « Le Miroir Avance »


Voici « Le Miroir Avance » le trente-cinquième de cette nouvelle Epoque 2019 avec Barbara Auzou.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires et vos like.

 

P1050906

 

L’ÉPOQUE 2019/35

« LE MIROIR AVANCE »
NIALA  
Acrylique sur toile 70×70

 

Quand le soir patiente sur le seuil

Couché fidèlement comme un grand chien

Et que le pouls de la nuit s’effeuille

Dans la couleur extrême du cheveu

Nul ne voit les enfants tremblants

Qui contemplent dans leurs yeux

Précis l’édifice en feu et la permanence du féminin

En toute chose

Ils montent et partagent en secret avec l’espoir délinquant

Chaque rose

Et ils écartent l’obscur du bout de leurs doigts blancs

Blessés blessants touchants touchés soutenant

L’épreuve terrible et douce de la beauté

Ils prodiguent leurs soins à la liane brûlée des hanches

Écument la lave qui emplit les bassins

Et quand vient le matin qui penche sur ses promesses vermeilles

Que le sein dans son miroir avancé

A effectué sa chute superbe hors du temps

Ils allaitent doucement la fauvette de pain blanc

Sous d’insensés silos de soleils

 

Barbara Auzou.