NOTRE BEAU MIROIR AVANCE


c8723f2f48228418c408a9852e5a4ed1

NOTRE BEAU MIROIR AVANCE

il n’y a que le frémissement de l’arbre à soi glissant aux troncs

qui d’ailes luit ?

demande un passant

seuls ses seins danseurs touchent les éclats de la boule du plafond

répond son ventre  percé de mon bec

quel isocèle va et vient dans un seul grand écart

je retiens 2 fois 10

et j’ôte les mains froides

pour la preuve prenez les empreintes

de nos cadavres exquis

enlacés dans cette petite mort

Niala-Loisobleu – 28 Juillet 2019

LA SAGESSE DU FOU


24c3042aeb64c296a103887dc85ce6f4

LA SAGESSE DU FOU

 

L’heure sans histoire, un jour qui se lève, presque du froid, la lumière respecte la paix de mon oeil. Sous le laurier rose le crapaud habite toujours cette partie du jardin. Rassurante référence logée au pied du mur de pierre où demeurent des fossiles de millions d’années. Qu’est-ce -que l’âge de la vie juxtaposé au sien ? Une théorie d’Einstein. La radio remise dans la crédence a les yeux fermés, à ses côtés quelques fruits, abricots et nectarines essayent de mûrir. On les a retiré à leurs mères avant d’être sevrés. Déjà en moi tout s’harmonise. L’haleine colle au suin sans faire fuir. Si je devais dire une couleur, je dirai pastel dans les tons d’une rose ancienne, entre rosée, boîte à musique de gris chauds protecteurs. Sorte de peinture qui ne peut se développer en Cour je suis nuisible pour toute forme de flagornerie. Et surtout bien trop sensible pour me complaire dans l’intrigue mesquine. Travailler la pierre se fait à partir du silence. Doucement, avec fermeté,  qu’elle ingère le défaut bénin et plus grave, pour rendre la seule conclusion à retenir. On nomme cette pratique La Sagesse du Fou. Orgueil de contre-sens paradoxal. Marthe me disait viens que je te taille le créons. On jette la rancune. Le parfum sort. La joie des grandes fragrances de l’écolier de l’amour. Délestage, un oiseau s’envole .

Niala-Loisobleu – 28 Juillet 2019