ENTRE TIEN EMOI 110


cropped-a5ac5ac76d480f42d4dd0e744a5bf8c81

ENTRE TIEN EMOI 110

 

A l’extinction de ce Jeudi torride, l’orage ne laissait plus de doute. Il serait parmi nous avant l’aurore. Le plomb en fondant attrapait les fusibles du téléphone illimité pour le transposer en pannes de courant saccadées. J’ai vu vu l’enfant revenir, pris par la peur que sa mère entre dans la chambre et lui dise de dormir en éteignant son rêve. Celui qui ne doit pas être approché même par les parents. Qui gronde ainsi, me demandai-je, le ciel lance des éclairs de feu, la voix bleue qui s’en est emparé, je n’entends plus que le vide ? Le prunus le plus proche souleva une de ses branches en disant « C’est pas moi ». Reviens ! Le bond en avant qu’ont fait tes seins dressés comme un animal n’avait d’autre sens que ton entrée dans la voiture. Tu traverses les distances, te voilà, ah oui, entre vite que je te dise. Nous nous mettrons à l’abri l’un dans l’autre. Seulement seuls. Personne d’autre, à table comme dans cette promenade les pieds dans la marée montante. On entre plus à nous séparer même pour manque de respiration. Qui comprendrait ? Pas besoin, le partage se fait à un moment à ne plus franchir. A ce moment là tu as dévoré la clef en rugissant. Dans tes yeux carnassiers j’étais sûr de pas confondre avec l’orage, mais entre grand tigre, roi des animaux et panthère noire j’ai pas pu choisir. On a trouvé que t’appeler Fauvette ça répondait bien à ta félinité.

 

Niala-Loisobleu – 26/07/19

9 réflexions sur “ENTRE TIEN EMOI 110

  1. Aux terrasses de l’aurore trop tôt réveillées

    au chèvrefeuille frissonnant encore

    de ses rêves d’espaliers,

    les mouvements de la terre arasée

    à la prunelle fruitée de l’été,

    s’offrent un petit tour de balancelle,

    surprenant la fauvette au chamois de son aile

    et la racine enroulée sur son apaisement.

    Sa chemise humide est suspendue à la haie basse

    et les petits murets se penchent, se fissurent et l’embrasse

    dans un rire. La rosée est alertée. C’est déjà demain.

    Plus personne ne peut mourir au jardin de guerre lasse.

    Barbara Auzou./ variations autour du jardin

    Défendre nos rêves, Mon, nous donne dix mains chacun…Quelle merveille que ce pouvoir préservé et qui nous vient de si loin…

    Aimé par 3 personnes

  2. Dans la fonte contre laquelle la nature lutte accrochée à ses poils passe un faux-sein surdimensionné. Encore une bouée du Titanic qui sort des glaces.,.
    Merci Angelilie.

    J'aime

  3. Entre la biquette, tous poils sortis
    -Bonjour l’Oiso, ça va comment bien ?
    – Boum ça boum et bou-boum mon cabri, on peur se mettre le nombril au dehors, le soleil y en marre…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.