SORTIE DU FOUR


cfcee58dda12143cf57c77d895d5eed4

SORTIE DU FOUR

 

L’odeur de l’eau reste la scène qui transporte les plus rares pouvoirs. La lumière est telle que les cadenas de certain  pont sont à mes yeux ces noyés du cheveu dans la soupe. Aux bains sauvages même les serpents qui s’enroulent dans les jambes ne m’ont jamais mordu. A côté de l’huile d’un bateau de plaisance, l’ombre d’un saule qui trempe ses cheveux n’a pas le visage de Narcisse. Au tant des écrevisses le saut d’une grenouille au nénuphar Claude dans sa Monnet. C’est gratuit, d’un cher qui n’est qu’émotion. Le petit moulin de l’enfant, reste à l’endroit clair, sa transparence jointe comme deux corps en un seul. Canoë et bords de Marne, la Seine au Pont-Royal les seins dans les Tuileries. Un remorqueur tire le fleuve à la mer, Rouen action, Hâvre Normandie.

Niala-Loisobleu – 25/07/19

5 réflexions sur “SORTIE DU FOUR

  1. Je suis debout dans l’encrier
    habitée par le réel oiseau de mes ailes à
    Refaire les cadastres essentiels…On ne joue pas dans ce qui veut gémir.

    Donnons à ces géographies intimes leurs poumons d’air, Mon…

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.