ENTRE LA VOIE FERREE ET LA RIVIERE


P1050852.JPG

ENTRE LA VOIE FERREE ET LA RIVIERE

Tenu dans une montagne de moiteur

sans col

je reste contraint

attelé fermé aux campagnes

ces îles que la mer cultive

un oiseau l’un dans l’autre

Ô anémones

de mon enfance revêche au manque d’eau

revenez glisser le noir de votre oeil dans la couleur

les orages dévastateurs  battent comme plâtre les femmes-marguerites

droites sur leurs tiges

 

 

J’aime, celle qui au plus ouvert de ses cuisses confluente, porte écluse et moulin à marée dans l’anse protégée de la grotte marine, écrivant calanque bleue, les fenêtres ouvertes à dessein en jardinière.

L’oiseau suffoque du jabot, à deux pas de l’atelier sauna

 

Niala-Loisobleu – 7 Juillet 2019

 

AIRE DE VACANCES


plage-bondee

AIRE DE VACANCES

 

La plage nage sa dernière vague solitaire

avant le bain collectif

On ne va bientôt plus voir l’esprit d’un château de petit-mousse

L’iode tousse au bord des voitures…

Niala-Loisobleu – 07/07/19

QUELQUE PART UNE BLEUE RESTE VIVE


images (2)

QUELQUE PART UNE BLEUE RESTE VIVE

 

A l’abri son gazon tient la force nécessaire  à cet éclat qu’à la rosée

couché sur le flanc l’hortensia étale sa poitrine

là où le pin fut je ramasse de vieilles aiguilles pour recoudre le drain

jusqu’au cerisier qui perd ses cheveux avant l’automne

Je marche dans la pensée positive de ton sourire tout entier attaché à la clématite gaillarde

et j’appelle le porte-faix sur le quai

pour sortir la lourdeur du ciel du reflet.

Niala-Loisobleu – 07/07/19