NOUS AVONS


René Char

 

NOUS AVONS

 

Notre parole, en archipel, vous offre, après la douleur et le désastre, des fraises qu’elle rapporte des landes de la mort, ainsi que ses doigts chauds de les avoir
cherchées.

Tyrannies sans delta. que midi jamais n’illumine, pour vous nous sommes le jour vieilli; mais vous ignorez que nous sommes aussi l’œil vorace, bien que voilé, de l’origine.

Faire un poème, c’est prendre possession d’un au-delà nuptial qui se trouve bien dans cette vie, très rattaché à elle, et cependant à proximité des urnes de
la mort.

Il faut s’établir à l’extérieur de soi, au bord des larmes et dans l’orbite des famines, si nous voulons que quelque chose hors du commun se produise, qui n’était que pour
nous.

Si l’angoisse qui nous évide abandonnait sa grotte glacée, si l’amante dans notre cœur arrêtait la pluie de fourmis, le Chant reprendrait.

Dans le chaos d’une avalanche, deux pierres s’épou-sant au bond purent s’aimer nues dans l’espace. L’eau de neige qui les engloutit s’étonna de leur mousse ardente.

L’homme fut sûrement le vœu le plus fou des ténèbres; c’est pourquoi nous sommes ténébreux, envieux et fous sous le puissant soleil.

Une terre qui était belle a commencé son agonie, sous le regard de ses sœurs voltigeantes, en présence de ses fils insensés.

*

Nous avons en nous d’immenses étendues que nous n’arriverons jamais à talonner; mais elles sont utiles à l’âpreté de nos climats, propices à notre éveil comme
à nos perditions.

Comment rejeter dans les ténèbres notre cœur antérieur et son droit de retour?

La poésie est ce fruit que nous serrons, mûri, avec liesse, dans notre main au même moment qu’il nous apparaît, d’avenir incertain, sur la tige givrée, dans le calice
de la fleur.

Poésie, unique montée des hommes, que le soleil des morts ne peut assombrir dans l’infini parfait et burlesque.

Un mystère plus fort que leur malédiction innocentant leur cœur, ils plantèrent un arbre dans le Temps, s’endormirent au pied, et le Temps se fit aimant.

René Char

 

 

A la vérité, je choisis ce Char limpide à l’adresse d’égarés (ées) mais la vérité ne change rien à l’idée que l’on donne à ceux qui s’en font une de nous et qui n’a rien à voir avec ce que nous décidons d’être en tout état de cause. Les obstinés (ées) qui ne veulent que comprendre leur idée et la suivre à côté peuvent menacer, rien ne change au fait que nous savons que toute incurie ne mène à rien. Je ne fais rien sur ordre et sous pression quelconque, je fais de ma propre initiative.

Niala-Loisobleu – 23/06/19

SOIF D’AMOUR


267724

SOIF D’AMOUR

 

Les oreilles basses

une estouffade climatique assomme les plantes

la caresse en supplique elle en appelle de soif

l’être de jardin branché à ce courant

se tend

que la main porte l’arrose en mouvement

je te regarde

l’enfant ne sait pas ce qu’est ce monde

porte lui de toute ta vibration l’air qui lui manque et dis-moi

 

Niala-Loisobleu – 23/06/19

CYCLES


fac815553f8d1700dc4d47b5c81fd2cb

CYCLES

 

Devant la maison personne ne passe encore

seule la mer va-et-vient de son rabot

en tirant la lune à la ficelle

Eteint le feu de St-Jean

reste un grillon à entrer dans la maison

Un jour des enfants nés d’hier

sauteront à leur tour

 

Niala-Loisobleu – 23 Juin 2019