LE RUISSEAU


LE RUISSEAU

Un trou dans ma poche, le caillou est parti au fond

Le fil de l’eau et le bouchon dévalant

des poissons-volants sont montés sur le tertre planter les derniers jours de croisade

Des saules le vannier tresse les panières pour les prochains fruits de la dernière ballade avant que les yeux ne gagnent les greniers des voyages insoumis pour nourrir les plafonds d’opéras. On entend la mer se rapprocher de l’oreille des coquillages quand la bouche d’estran chantonne dans l’eau dormante des algues.

Niala-Loisobleu – 15 Juin 2019

 

P1050871

Le Ruisseau – Niala – 2019 – Acrylique s/toile 46×38

5 réflexions sur “LE RUISSEAU

  1. MAGIE

    Plusieurs veulent obtenir des créations mentales en utilisant la méthode fakirique.
    C’est une erreur.

    Chacun doit avoir sa méthode.
    Quand je veux faire apparaître une grenouille vivante (une grenouille morte, ça c’est facile) je ne me force pas.
    Même, je me mets mentalement à peindre un tableau.
    J’esquisse les rives d’un ruisseau en choisissant bien mes verts, puis j’attends le ruisseau.
    Après quelque temps, je plonge une baguette au delà de la rive; si elle se mouille, je suis tranquille, il n’y a plus qu’à patienter un peu, bientôt apparaîtront les
    grenouilles sautant et plongeant.

    Si la baguette ne se mouille pas, il faut y renoncer.

    Alors, je fais la nuit, une nuit bien chaude et, avec une lanterne, je circule dans la campagne, il est rare qu’elles tardent à coasser.

    Cela ne vient rien faire ici.
    Mais il faut que je le dise, c’est là devant moi, cela vient :
    Je vais être aveugle.

    Henri Michaux

    J'aime

      • Relative est la vue, elle a la perception de l’image intime…Ma image.

        CHANT ONZIÈME

        Comme une comparaison voguant négligemment en apparence dans un esprit distrait, s’en va, péchant une réalité encore obscure dans une zone encore plus obscure et vous la met
        au jour, tout à coup, timbrée de mots significatifs, ainsi l’époque malheureuse, hébétée sous les coups incessants, prépare quelque chose d’important qui va
        rendre intelligible l’immense confusion où des millions s’entrebattent à mort, sans pouvoir s’arrêter, pris dans les bretelles du malheur.
        Mais quelle chose?
        Et comment?

        Telle une eau douce souterraine circule sous l’eau de la mer, ne servant à personne, mais peut émerger plus loin à l’intérieur des terres, arrosant une graine, puis
        élevant un palmier, ainsi…

        Henri Michaux

        Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.